/regional/sherbrooke/estrie

Des rivières toujours sous surveillance

Arnaud Koeing-Soutière - Le Journal de Québec

En plus des forts vents, des rivières ont fait craindre le pire dans certaines régions du Québec depuis vendredi, notamment en Chaudière-Appalaches et en Estrie.

À Sainte-Marie, en Beauce, la rivière Chaudière s’est de nouveau aventurée dans le centre-ville, quelques mois seulement après une inondation historique qui a changé le portrait de la municipalité.

Plusieurs des maisons inondées seront détruites de toute façon en raison des crues du printemps qui les avaient déja endommagées. Les opérations de l'usine qui produit les célèbres gâteaux Vachon n'ont pas été affectées. Le maire de la ville, Gaétan Vachon, demande aux citoyens de limiter leurs déplacements, le temps que la ville procède au nettoyage dans les rues. 

En matinée, tout était «sous contrôle», selon Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique. «Il y a un centre de coordination qui a été ouvert. Quelques rues sont fermées à la circulation au centre-ville. Quelques résidences sont inondées», a-t-elle dressé comme bilan.

En Estrie, la rivière Saint-François était aussi redoutée par les riverains, qui ont été environ 250 à évacuer préventivement leur résidence vendredi. La réintégration est déjà amorcée.

À la grandeur du Québec, «difficile» d’avoir un portrait exact des évacuations, selon Mme Guilbault. «On se base sur les données transférées par les municipalités. Ce n’est pas toutes les municipalités qui nous communiquent l’information parce que, des fois, elles prennent la situation en charge par elle-même sans avoir besoin du soutien du gouvernement», a-t-elle expliqué.

 

Dans la même catégorie