/news/society

En voiture électrique mais sans courant

Stéphane Sinclair | Le Journal de Montréal

PHOTO STÉPHANE SINCLAIR

Des propriétaires de véhicules électriques des Laurentides ne regrettent en rien leur choix malgré les pannes de courant qui affectent la province depuis vendredi.

« Je n’ai pas eu de problème avec ma voiture. Il y a des bornes de recharge à plein d’endroits. On doit juste planifier un peu plus nos déplacements, mais c’est assez facile avec ma voiture intelligente puisqu’elle nous indique l’emplacement des bornes », explique Martine Grenier qui habite le chemin de la Rivière-du-Nord à Saint-Colomban.

Elle planifie donc ses sorties en tenant compte des possibilités de recharge.

Jeudi dernier, Mme Grenier avait fait le plein d’énergie pendant la nuit. Sa Tesla modèle 3 a une autonomie de quelque 480 kilomètres. Lorsque la panne est survenue vendredi, ce n’est pas l’autonomie de sa voiture qui l’inquiétait, mais le manque d’eau.

Pompe pour l’eau

« Ici le problème, c’est l’eau. Nous avons un puits artésien qui fonctionne avec une pompe 220 volts. La vaisselle s’accumule », lance en riant l’infirmière de 42 ans.

Elle a néanmoins dû rouler pour aller prendre une douche chez des membres de sa famille qui habitent dans les Basses-Laurentides.

« Aujourd’hui, je dois aller à Laval et il y a des bornes de recharges rapides. En 20 minutes, ma voiture sera à nouveau rechargée », affirme Mme Grenier.

Pierre Bédard possède une Hyundai Ioniq avec une autonomie de 200 km. Même si ce nombre est deux fois moins élevé que celui de la Tesla de Mme Grenier, il n’a pas été embêté.

« Il y a deux bornes rapides au St-Hubert à Saint-Jérôme et de toute façon, il y en a maintenant partout autour. On n’a pas à être inquiets », indique l’homme de 48 ans de Mirabel.

Lors du passage du Journal dimanche, il n’avait plus d’électricité depuis plus de 48 heures.

Ordis et cells

Le restaurant St-Hubert de Saint-Jérôme aura servi de point de chute pour plusieurs propriétaires de véhicules électriques, mais aussi pour les ordinateurs portables et les cellulaires.

« Dès qu’il y avait des gens qui entraient, ils nous demandaient s’ils pouvaient recharger leur téléphone. Certains rechargeaient leur voiture. Il y avait de nombreux cellulaires branchés derrière le bar », mentionne Selena Légaré, serveuse.

Jacques Coulombe, de Mille-Isles, a profité de sa présence à Saint-Jérôme pour recharger son VUS hybride.

« Il y a aussi un moteur à essence dans mon véhicule, mais j’aime mieux rouler sur le moteur électrique et c’est rapide recharger ici », conclut-il.

Dans la même catégorie