/finance/homepage

Ashton augmentera ses prix de nuit

Pierre-Paul Biron | Journal de Québec

 Les restaurants Chez Ashton osent et seront les premiers à refiler la facture aux consommateurs qui ont une fringale aux petites heures du matin. Peinant à recruter pour les quarts de nuit dans ses deux restaurants offrant toujours le service, Ashton chargera 12% de plus aux clients nocturnes. 

 La mesure, effective à partir de ce lundi, touchera les deux succursales Ashton qui servent encore des clients de nuit, soit celle de Grande-Allée les vendredi et samedi et celle de Saint-Joseph Est. 

 La surcharge de 12% s’appliquera sur les factures des clients qui fréquenteront l’établissement entre minuit et 5 heures du matin. La mesure permettra au restaurateur de doubler les primes de nuit offertes à ses employés, la faisant passer à 4 $ de l’heure. 

 «Le salaire du quart de nuit débutera donc à 16,50 $ de l’heure. On espère améliorer notre recrutement avec cet incitatif qu’on considère compétitif», explique Mylène Beaulieu, responsable communications et marketing chez Ashton. 

 Refilée aux clients 

 La chaîne est la première à oser refiler aussi directement les coûts des difficultés de recrutement à sa clientèle. Le fait-elle avec confiance? 

 «On est au courant que l’on ose. Mais si on regarde aux États-Unis par exemple, on voit parfois de la modulation de prix en fonction des moments de l’année ou de l’achalandage», fait remarquer Mme Beaulieu. 

 «On ne voulait pas en arriver-là et pénaliser toute la clientèle en haussant les prix en tout temps. C’est donc seulement les clients qui utilisent ce service qui paieront les frais supplémentaires. On croit que c’est conséquent.» 

 La chaîne réfléchit depuis quelque temps à des solutions pour pallier à la pénurie de main-d’œuvre. La décision finale a été prise par Ashton Leblond lui-même, accompagné de son directeur des opérations. On compare le principe à celui des services de livraison à domicile en ligne. 

 «C’est un peu comme Uber Eats. Les gens sont prêts à payer davantage parce qu’ils veulent vraiment l’avoir livré chez eux. On se dit que si les gens veulent vraiment qu’on soit ouvert, peut-être qu’ils seront prêts à payer ces frais-là», précise Mme Beaulieu. 

 Pas de réouverture de nuit prévue 

 Si la mesure s’applique actuellement à deux restaurants, il est toujours impossible de savoir si la mesure pourrait permettre la réouverture d’autres succursales actuellement fermées la nuit. 

 «Sait-on jamais. En ce moment, notre espoir est de conserver ces deux succursales ouvertes de nuit, mais on est quand même réaliste. De là, à étaler la mesure à toutes les succursales, on en est pas là. On commence par le commencement», indique Mylène Beaulieu.