/news/politics

Critique du projet de loi 34 : Ruba Ghazal parodie une infopub

TVA Nouvelles et Michaël Labranche

Capture d'écran

La députée de Québec solidaire Ruba Ghazal est décidément toujours dans l’esprit de l’Halloween. Ironisant sur les qualités du projet de loi 34 sur les tarifs d’Hydro-Québec, la députée de Mercier a tourné une vidéo pour en «vanter» les mérites à la manière d’une infopub.

«Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, [Jonatan Julien], veut régler la question des trop-perçus d’Hydro-Québec. C’est bien beau, mais le problème, c’est que ce projet de loi, c’est une arnaque. On va les payer plus cher nos tarifs d’électricité. Quand on écoute le ministre nous vendre son projet de loi, on a l’impression d’entendre un vendeur de patentes à gosse à la télé. Alors, tant qu’à se faire rire au nez, aussi bien pousser la farce jusqu’au bout», affirme-t-elle d’entrée de jeu avant de se métamorphoser en «vendeuse de patentes à gosse».

 

La députée a également fait appel à sa collègue Catherine Dorion, qui s’est mise dans la peau d’une cliente anglophone satisfaite de son projet de loi 34 et dont les propos ont été traduits de façon désynchronisée.

Le projet de loi 34, qui n’est toujours pas adopté par le gouvernement, prévoit un gel de tarifs d’électricité pour l’an prochain et une augmentation à l’inflation lors des quatre années suivantes. Le ministre de l’Énergie présente son projet de loi comme une façon de remettre dans les poches des contribuables les trop-perçus d’Hydro-Québec. Or plusieurs experts ont taillé en pièces cette affirmation, menant les députés d'opposition à dénoncer le projet de loi.

D’autres dénoncent également la mise au rencart d’un important mécanisme de reddition de compte de la société d’État devant la Régie de l’énergie pour présenter sa cause tarifaire. Avec ce projet de loi, la société d’État le ferait dorénavant tous les 5 ans.

Dans la même catégorie