/news/currentevents

Sauvé in extremis par des pompiers

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles

Un résident de la communauté autochtone d’Uashat, près de Sept-Îles, sur la Côte-Nord, a été sauvé in extremis de sa maison en flamme dans la nuit de dimanche à lundi.

Il doit sa vie à une intervention des pompiers de Sept-Îles, a rapporté TVA Nouvelles, lundi matin.

L'incendie a éclaté dans une maison de l’avenue Brochu.

Avant même leur arrivée sur les lieux, les pompiers avaient été informés qu'au moins un homme se trouvait à l'intérieur.

Munis de leurs appareils respiratoires, ils ont pénétré dans une maison très enfumée. Ils ont trouvé l’homme, âgé dans la quarantaine, dans une salle de bain au rez-de-chaussée. Ils l'ont sorti à l'extérieur et ont procédé à des manœuvres de réanimation.

La victime, qui été transportée à Québec pour subir des traitements en chambre hyperbare, aura la vie sauve.

«Le monsieur était inconscient quand on l'a trouvé. Quand on l'a sorti à l'extérieur, il avait une respiration assez faible, a expliqué Bruno Julien, pompier au service de sécurité incendie de Sept-Îles. C'est quelque chose qu'on n’oublie pas. Pour les bonnes raisons. Ça nous rappelle pourquoi on fait ce métier-là.»

Son collègue William Pettinella, un pompier à temps partiel qui n'a que trois mois d'expérience se souviendra longtemps de ce sauvetage.

«C'est enrichissant. C'est la première fois que je fais un sauvetage. C'est sûr qu'au début, c'était stressant. Mais j'ai été calme et ça a bien été.»

Le chef aux opérations Michel Cousineau a participé au sauvetage. C’est la deuxième fois en 11 ans qu'il sauve une personne en détresse lors de circonstances semblables.

«Ç’a été un travail d'équipe exemplaire. Tout le monde a fait les actions rapides afin de faire les vérifications pour la recherche. Notre mission première, c'est de sauver des vies.»

La maison n’était pas munie de détecteur de fumée fonctionnel.

Une enquête est en cours pour déterminer les causes de l’incendie.