/regional/saguenay

Besoin urgent de suppléants au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Valérie Fortin | TVA Nouvelles

Alors que l'année scolaire est bien amorcée, la situation est critique dans plusieurs écoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les enseignants ont beaucoup de difficultés à se faire remplacer, surtout dans les écoles secondaires.

Les banques de suppléants sont vides ou pratiquement vides dans la plupart des commissions scolaires. Les besoins seraient particulièrement urgents en mathématiques, en sciences, en français et en univers social.

«Comment sont les gens à l'intérieur des écoles ? Ils sont extrêmement fatigués. Ça devient inquiétant pour leur santé... Et ils ont une difficulté énorme à se faire remplacer pour prendre une journée de répit», explique la présidente du Syndicat de l'enseignement du Saguenay, Aline Beaudoin.

La commission scolaire des Rives-du-Saguenay, par exemple, multiplie les efforts de recrutement. Des approches ont été effectuées auprès d'enseignants à la retraite. Mais ce n'est pas suffisant. L'organisation a donc décidé de réduire ses exigences d'embauche.

La commission scolaire vient de publier une offre d'emploi dans laquelle elle cherche des enseignants non qualifiés pour des besoins urgents en suppléance, c'est-à-dire que le brevet d'enseignement n'est pas obligatoire pour faire de la suppléance.

«Ce n'est pas le monde idéal, mais en même temps, il faut que la commission scolaire donne le service», a réagi la présidente du syndicat.

À l'Université du Québec à Chicoutimi, le nombre d'inscriptions au baccalauréat en enseignement était en chute libre depuis cinq ans. Mais l'avenir est encourageant. On compte 191 nouveaux inscrits cette année. Ils étaient 110 en 2017.

«La courbe est en remontée. On peut penser que dans un cycle de trois à quatre ans, il va y avoir davantage d'enseignants disponibles pour travailler sur le marché», indique la directrice des affaires publiques, Marie-Karlynn Laflamme.