/regional/homepage

Moins de 11 000 foyers encore à rebrancher après la tempête de vendredi

Agence QMI

Cinq jours après la tempête de vent qui a plongé dans le noir près d'un million de clients d'Hydro-Québec, la société d'État touchait au but, mardi soir, alors que 99 % de ses abonnés avaient retrouvé la lumière.

En début de soirée, Hydro-Québec dénombrait un peu moins de 1000 pannes directement liées au passage des vents dévastateurs qui avaient mis à mal son réseau. Celles-ci affectaient moins de 11 000 abonnés, a précisé Cendrix Bouchard, porte-parole pour Hydro-Québec.

Le travail des employés sur le terrain demeurait complexe et laborieux. La moitié des pannes toujours en cours affectaient moins de trois clients, tandis que 85 % touchaient moins de 20 abonnés, si bien que chaque intervention permettait de redonner la lumière et le chauffage à peu de personnes à la fois.

Malgré la progression du travail, les chances de parvenir à remplir la promesse du président-directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel, de rebrancher tous les Québécois d'ici la fin de la journée de mardi s'amenuisaient d'heure en heure. «C'est encore l'objectif, mais il va peut-être y avoir des gens sans électricité demain [mercredi] matin», a reconnu M. Bouchard mardi soir.

Il faut dire que les monteurs de ligne font face à des conditions de travail pénible, dans des secteurs parfois très difficiles d'accès. En Estrie, par exemple, ils ont dû réparer une ligne électrique située en plein cœur d'un marécage, ce qui a pris plus de temps que prévu, a donné en exemple le porte-parole.

L'Estrie demeurait la région où on dénombrait le plus grand nombre de demeures dans le noir, avec plus ou moins 3850 abonnés sans courant. Environ 3000 ménages manquaient aussi d'électricité en Montérégie et dans le Centre-du-Québec, tandis que quelque 2600 adresses étaient dans la même situation dans les Laurentides.

Quelque 1500 travailleurs ont poursuivi le travail mardi pour finir de remettre en état le réseau électrique. Ce nombre inclut les équipes d'Hydro-Québec, mais également des renforts venus de Détroit, du Connecticut, d'Ottawa et des Maritimes.