/news/techno

Facebook au coeur d'une nouvelle controverse

Marc-Antoine Turcotte | Le Journal de Montréal

Malgré une refonte de l'interface de programmation l'an dernier, le directeur des partenariats entre plateformes de Facebook a avoué lundi qu'une centaine d'applications ont eu un accès inapproprié aux données personnelles de ses membres.

À LIRE ÉGALEMENT

Facebook dévoile une nouvelle fonctionnalité de gestion de données personnelles

Avant l'affaire Cambridge-Analytica, Facebook autorisait les développeurs indépendants à extraire les données personnelles de membres de groupes. Photo de profil, noms, intérêts: il suffisait que l'administrateur du groupe autorise la cueillette d'informations. 

Depuis, une mise à jour restreignante a été appliquée par Facebook. Désormais, les informations se limitent au nom du groupe, le nombre de membres ainsi que le contenu des publications. Le partage de données sensibles personnelles est désormais optionnel. 

Or, selon un billet de blogue de Facebook publié lundi, il semblerait qu'une faille a permis à cette centaine de développeurs de siphonner des données selon l'ancienne méthode de collecte, comme l'écrit Digital Trends. 

11 d'entre elles ont été actives dans les deux derniers mois. 

Bien qu'il soit pour l'instant impossible de déterminer si ces informations sensibles ont été utilisées à des fins illégales ou publicitaires, l'entreprise de Cambridge a révoqué les accès aux entreprises qui ont abusé du système. 

«On ne voit aucun indice d'abus et le nombre de contrevenants diminuera au fil de notre enquête, mais nous leur demanderons de supprimer leurs fichiers et ferons un suivi pour nous assurer que ce soit fait.»