/news/culture

Jane Fonda avait tout prévu pour son séjour en prison

WENN

Jane Fonda s'était bien couverte avant d'aller manifester la semaine dernière, car elle savait qu'elle finirait en prison. La star a été arrêtée pour la quatrième fois en autant de semaines le 1er novembre, à Washington, lors de la dernière manifestation environnementale baptisée Fire Drill Friday.

Son arrestation a eu lieu une semaine après son inculpation pour désobéissance civile. À la suite de son dernier affrontement avec la loi, elle a été forcée de passer la nuit en prison. Cependant, l'actrice de 81 ans était bien consciente du risque qu'elle encourait et s'était assurée de s'habiller chaudement pour ne pas avoir trop froid dans sa cellule. « Ce n'était pas une prison et ce n’était pas (...) une prison normale, c’était une cellule de détention pour les personnes en attente de leur peine », a-t-elle expliqué dans le talk-show américain The View. Elle a poursuivi : « Les conditions ne sont pas bonnes pour de vieux os comme moi sur un banc en métal (...) Ils ne m'ont rien laissé prendre (dans la cellule), mais je suis maline : je portais plusieurs couches de vêtements. Je portais un pull qui pouvait être un oreiller et un manteau qui pourrait être mon matelas et ma couverture. »

L'actrice et militante a été rejointe lors de la manifestation par ses amies Catherine Keener et Rosanna Arquette, qui ont suivi les traces de Ted Danson et Sam Waterston. Eux aussi avaient défilé avec Jane Fonda et avaient fini menottés lors de précédents rassemblements hebdomadaires.

La star de Grace & Frankie est déterminée à continuer de courir le risque de se faire arrêter pour attirer l'attention sur l'urgence climatique. « Ça fait 40 ans que les activistes climatiques font ça, a-t-elle déclaré. Nous écrivons des articles, nous prononçons des discours, nous communiquons les faits au public et aux politiciens américains, nous défilons et nous nous rallions pacifiquement et l’industrie des combustibles fossiles fait de plus en plus pour nous nuire ainsi qu’à notre environnement et à l’avenir de nos jeunes, a-t-elle expliqué. Nous devons donc nous mobiliser et nous engager dans la désobéissance civile, ce qui veut dire risquer de se faire arrêter, car il faudra de plus en plus de monde dans les rues, exigeant qu'on passe à l'action. »

Appelant les autres à suivre son exemple et à faire pression sur les politiciens pour qu'ils agissent avant qu'il ne soit trop tard, elle a conclu : « Nous avons 11 ans pour éviter la catastrophe, et nous ne pourrons le faire que si des millions de personnes se mobilisent dans les rues ».

Jane Fonda devrait retourner dans les rues de Washington cette semaine pour continuer à se battre.

 

Dans la même catégorie