/news/politics

La CAQ perd un vote sur l’immigration : il n’y avait que trois députés en Chambre

TVA Nouvelles et Patrick Bellerose | Journal de Québec

Coup de théâtre à l’Assemblée nationale! En raison d’un manque de députés caquistes présents au Salon Bleu, une motion du député libéral Monsef Derraji demandant le retrait complet de la réforme du Programme expérience Québec (PEQ) a été adoptée.  

Les députés des oppositions qui étaient présents au Salon Bleu ont donc voté majoritairement en faveur de la motion demandant que le gouvernement annule dès maintenant les modifications récentes apportées au PEQ.  

 Celle-ci affirme, entre autres, que les modifications apportées au PEQ «minent la réputation internationale du Québec», ainsi que «sa capacité d’attraction et de rétention des talents nécessaires à la croissance économique du Québec».    

«[...] l’Assemblée nationale exige du gouvernement caquiste qu’il annule dès maintenant les modifications récentes apportées au programme et qu’il revienne aux conditions d’admissibilité prévalant avant le moratoire imposé en juillet dernier», poursuit la motion.  

Minoritaires à l’Assemblée nationale, les oppositions ont pourtant réussi à faire adopter la motion, puisque seulement trois députés de la CAQ – sur 75 élus – se trouvaient au Salon bleu au moment du vote. Un minimum de cinq députés est nécessaire pour demander un report du vote, a rappelé le président.    

Une motion est une procédure par lequel un député propose que l'Assemblée se prononce sur une question, mais n’a pas de pouvoir contraignant.  

Le whip adjoint du gouvernement, Sylvain Lévesque, a admis qu'il avait commis l'erreur de libérer deux députés sans connaître la règle de procédure sur le nombre minimum de députés requis pour demander un report du vote.

Immédiatement après l’annonce du résultat du vote sur la motion, les députés d’opposition ont été nombreux à railler l’absence des députés caquistes.

«Heureux que notre motion libérale sur le PEQ soit adoptée. Trois membres de la CAQ présents. Nous, de l’opposition libérale, étions majoritaires. Ça en dit long sur le non sérieux de ce gouvernement. Maintenant, qu'il se conforme à la volonté de l'Assemblée», a écrit le leader parlementaire du PLQ Marc Tanguay.  

Gabriel Nadeau-Dubois a lui évoqué la «désorganisation parlementaire» de la CAQ.  

  

  

 Un coquetel de financement de la CAQ avait lieu au même moment dans la circonscription de Jean-Talon, où se tiendra une élection partielle dans les prochaines semaines. Une information que n’a pas manqué de relever le chef intérimaire du Parti québécois Pascal Bérubé.  

 «Trop d’élus de la CAQ au coquetel de financement de Jean-Talon. Pas assez d’élus de la CAQ pour voter à l’Assemblée nationale», a-t-il laissé entendre. 

  

Contrairement à ce que certains chefs de l'opposition ont avancé, les élus caquistes ne se trouvaient pas au cocktail de financement du parti dans Jean-Talon. Seuls quelques élus de la CAQ s'y trouvaient, a constaté notre Bureau parlementaire. 

 Appelé à commenter, M. Legault a lancé sans détour: «Le whip va se faire parler!». 

 - avec la collaboration de Marc-André Gagnon 

 

Dans la même catégorie