/news/politics

Legault reconnaît avoir mal évalué les conséquences

Patrick Bellerose | Bureau parlementaire

Le gouvernement Legault reconnaît avoir mal évalué les impacts de sa réforme et accordera finalement un droit acquis aux étudiants et travailleurs étrangers temporaires déjà au Québec dans le cadre de sa révision du Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

Inflexible la veille, le premier ministre François Legault admet avoir été ébranlé par les témoignages d’étudiants étrangers, parfois en pleurs, à l’Assemblée nationale. Ceux-ci se sentaient trahis, alors qu’on leur avait fait miroiter une voie rapide vers la citoyenneté canadienne. «[On n’avait] peut-être pas évalué comme il faut cette partie plus humaine», a confié M. Legault mercredi matin.

 

Un peu plus tôt, le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, avait annoncé que les candidats déjà au Québec profiteront d’un droit acquis dans le cadre de la réforme du PEQ, qui offre aux étudiants et travailleurs temporaires étrangers une voie rapide pour l’obtention du Certificat de sélection du Québec.

 

Vives critiques

La veille, l’application rétroactive de cette mesure a suscité un tollé à l’Assemblée nationale. Une cinquantaine d’étudiants étrangers sont venus assister, parfois en larmes, à la période de questions, qui a été monopolisée par le sujet. Les trois oppositions ont tour à tour dénoncé l’injustice infligée à ces étudiants, qui disent se sentir trahis.

En mêlée de presse mercredi matin, M. Legault a reconnu avoir été ébranlé par les vives critiques essuyées par son gouvernement mardi. «Je n’ai pas aimé ma journée et quand j’ai parlé à mon épouse, hier soir, elle a bien vu que je n’avais pas aimé ma journée», dit-il.

Malgré tout, «la réforme reste», souligne M. Legault. Pour les futurs étudiants internationaux, seuls ceux qui étudient dans les domaines d’étude ciblés par Québec pourront bénéficier de la voie rapide du PEQ. «On veut, à l’avenir, que les immigrants, que ce soit des étudiants, que ce soit des travailleurs, soient dans des domaines où il nous manque de main-d’œuvre au Québec», dit le premier ministre Legault.

 

Incertitude pour les autres

Ainsi, la liste de domaines d’études qui donneront accès au PEQ continuera à fluctuer au fil des prochaines années, créant de l’incertitude pour les futurs étudiants étrangers. «C’est une loterie: essaie-toi, mais ça se peut qu’il [le programme] ne soit pas là l’année prochaine», raille le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

De plus, cette approche nuira à l’attraction d’étudiants étrangers dans les cégeps en région éloignée, estime M. Bérubé. Au cégep de Matane, 200 des 700 élèves ne seraient plus admissibles au PEQ, dit-il. La clause grand-père annoncée par M. Jolin-Barrette « ne change rien » à cette réalité, note le chef péquiste.

Cafouillage sur une motion

En plus de ce recul important, la journée des caquistes s’est terminée par un cafouillage en chambre, où une motion du Parti libéral très critique envers le gouvernement a été adoptée en fin de journée. Celle-ci affirme, entre autres, que les modifications apportées au PEQ «minent la réputation internationale du Québec», ainsi que « sa capacité d’attraction et de rétention des talents nécessaires à la croissance économique du Québec ».

«[...] l’Assemblée nationale exige du gouvernement caquiste qu’il annule dès maintenant les modifications récentes apportées au programme et qu’il revienne aux conditions d’admissibilité prévalant avant le moratoire imposé en juillet dernier», poursuit la motion.

Minoritaires à l’Assemblée nationale, les oppositions ont pourtant réussi à faire adopter la motion, puisque seulement trois députés de la CAQ – sur 75 élus – se trouvaient au Salon bleu au moment du vote. Un minimum de cinq députés est nécessaire pour demander un report du vote, a rappelé le président.

Contrairement à ce que certains chefs de l'opposition ont avancé, les élus caquistes ne se trouvaient pas au cocktail de financement du parti dans Jean-Talon. Seuls quelques élus de la CAQ s'y trouvaient, a constaté notre Bureau parlementaire.

Appelé à commenter, M. Legault a lancé sans détour: «Le whip va se faire parler!».

- avec la collaboration de Marc-André Gagnon

Ce qu’ils ont dit

«La seule raison pour laquelle ils ont reculé, aujourd’hui, c’est à cause de la pression : la pression publique, la pression des médias, la pression des oppositions.»

Dominique Anglade, porte-parole libérale en matière d’économie

«C’est certainement le moment le plus sombre de la législature.»

Gaétan Barrette, porte-parole libéral pour le Conseil du trésor

«Pourquoi a-t-il fallu en arriver là? Pourquoi a-t-il fallu créer ce psychodrame?»

Vincent Marissal, porte-parole solidaire en matière d’économie

 

Dans la même catégorie