/news/politics

Alain Rayes prêt à demeurer lieutenant pour le Québec

Raymond Filion | TVA Nouvelles

Malgré la déception causée par la défaite conservatrice du 21 octobre, le lieutenant d'Andrew Scheer pour le Québec affirme être prêt à conserver ses fonctions, mais prévient que des changements s'imposent.

«Je veux travailler avec notre équipe conservatrice pour battre Justin Trudeau et les libéraux lors de la prochaine élection. Je vais accepter n'importe quelle des responsabilités qui me seront demandées», a-t-il dit lors d'une entrevue accordée à TVA Nouvelles.

Le député de Richmond-Arthabaska n'a pas osé prédire si Andrew Scheer pourra remporter le vote de confiance auquel il sera soumis lors du congrès de son parti en avril prochain.

Les conservateurs ont beau compter 26 députés de plus qu’avant le déclenchement de la campagne, leur défaite aux mains des libéraux a semé la grogne envers Andrew Scheer et son entourage dans les rangs du parti.

En tant que lieutenant, Alain Rayes avait la responsabilité de recruter les 78 candidats du parti dans la province.

«On a encore beaucoup de choses à faire pour connecter avec la population du Québec, comme ailleurs au Canada», dit-il, soulignant que les résultats du 21 octobre ont été en deçà des attentes du parti non seulement au Québec, mais aussi dans les Maritimes et en Ontario.

À l'instar de plusieurs de ses collègues, il affirme que des changements s'imposent d'ici à la prochaine campagne.

«Je ne pense pas qu'on puisse faire la même recette et penser avoir un autre résultat», ajoute-t-il.

Au terme d'une réunion de son caucus mercredi, Andrew Scheer a annoncé avoir mandaté l'ex-ministre John Baird afin de faire un examen approfondi de la campagne conservatrice.

Des députés conservateurs ont affirmé jeudi avoir déjà été contactés par Monsieur Baird.

Selon Alain Rayes, les enjeux sociaux ont grandement nuit au parti durant la campagne.

«Il va falloir trouver une façon d'expliquer nos positions plus clairement pour montrer que notre parti veut défendre toutes les personnes quelque soit leur origine, leur orientation sexuelle ou leur religion», affirme-t-il.

Quant à savoir s'il compte accorder sa confiance à Andrew Scheer lors du vote de confiance d'avril, Alain Rayes répond qu'il est derrière le chef.