/news/politics

En coton ouaté au Salon bleu: Catherine Dorion ciblée par d’autres députés

Marc-André Gagnon | Journal de Québec

Après la controverse de sa photo d’Halloween, Catherine Dorion a déserté le Salon bleu, jeudi matin, en apprenant que des députés refusaient de la voir siéger vêtue d’un coton ouaté.

Le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, qui a toujours été d’avis que le code vestimentaire des députés n’était pas une priorité, demande maintenant au président de l’Assemblée nationale, François Paradis, de mettre fin au «flou actuel» qui «laisse place à trop d’interprétations».

«Il est temps de tirer la situation au clair et de moderniser les règles qui nous gouvernent », a déclaré M. Nadeau-Dubois, dans un courriel transmis en après-midi.

«Elle a préféré quitter»

Au terme d’une longue discussion avec son caucus après la période des questions, M. Nadeau-Dubois a raconté que certains députés auraient exigé du président qu’il « expulse » Mme Dorion du Salon bleu en raison de sa tenue vestimentaire.

Le leader de Québec solidaire en a alors fait part à la députée de Taschereau. « Elle a préféré quitter », a relaté M. Nadeau-Dubois, en expliquant qu’elle voulait ainsi éviter que l’affaire prenne des «proportions ridicules».

«Ce n’est pas la première fois que Catherine porte exactement ce vêtement-là au Salon bleu», a fait valoir le député de Gouin.

Selon lui, ceux qui se sont plaints ont «franchi une ligne» en faisant sentir que Mme Dorion «n’était pas à sa place» au Salon bleu.

Autorité mise à l’épreuve

L’autorité du président de l’Assemblée nationale a été mise à l’épreuve, au cours des derniers jours, après que la députée solidaire de Taschereau ait relayé sur les réseaux sociaux une photo d’elle où on la voyait «déguisée en députée» au Salon rouge.

C’est d’ailleurs à la demande de M. Paradis que cette photo a été retirée de l’espace public, a-t-on appris dans sa réponse à la plainte de la libérale Nicole Ménard.

Interrogé jeudi sur ce nouvel incident, M. Paradis a refusé de commenter et a nié avoir rendu quelque décision que ce soit concernant la tenue de Mme Dorion.

«À un moment donné, il y a un décorum et ce n'est pas pour rien», a réagi sans hésiter la vice-présidente de l’Assemblée nationale Chantal Soucy, qui est aussi présidente du Cercle des femmes parlementaires.

Selon elle, le coton ouaté n'est pas une tenue acceptable au Salon bleu. Mme Soucy a plus tard tenu à souligner qu’elle n’avait «rien à voir avec le dossier de la députée de Taschereau».

Dans la même catégorie