/regional/saguenay

Endeuillé, il poursuit le chantier qu'il avait entrepris avec son fils

Kate Tremblay | TVA Nouvelles

«On a toujours des larmes le matin et le soir aussi quand on part, a confié jeudi Robin Potvin, l'entrepreneur de Saint-Félix-d'Otis qui a perdu son fils tragiquement, le 3 octobre dernier, sur un chantier de construction dont il avait la responsabilité à Saguenay.

«Ce n'est pas évident de revenir et de finir. Il faut être fait fort», a poursuivi le père endeuillé à la caméra de TVA Nouvelles.

M. Potvin aurait pu reporter le chantier de la piste cyclable du boulevard Saguenay située dans l'arrondissement Jonquière.

La Ville de Saguenay ne lui a mis aucune pression, mais il a choisi de se retrousser les manches.

«Mon garçon aimait beaucoup le respect des dates, a-t-il précisé. La date de fin, c'était le 8 novembre et on respecte l'échéancier.»

C'est son fils Kaven qui lui a donné la force de continuer. L'ingénieur de 29 ans a été happé mortellement par une automobiliste qui aurait été éblouie par le soleil. Le chantier venait alors d'être lancé.

«Kaven, c'était un gars qui ne lâchait pas, a dit fièrement M. Potvin. Il n'a jamais lâché et son père non plus ne doit pas lâcher. C'est comme ça. Il est avec moi encore. Il me pousse dans le derrière pour que je finisse la "job".»

Robin Potvin refuse de parler des circonstances entourant le décès de son fils pour ne pas nuire à l'enquête du coroner, mais il assure ne pas en vouloir à l'automobiliste qui l'a heurté ce matin-là.

«C'est un bête accident, a-t-il dit. Il ne faut pas en vouloir à personne.»

À 55 ans, il envisageait de ralentir la cadence et de laisser les rênes de l'entreprise familiale, qui compte une cinquantaine d'employés, à ses fils.

«Je voulais continuer jusqu'au temps que je sois capable de travailler, mais derrière eux autres», a-t-il souligné.

Lorsque TVA Nouvelles l'a interpellé lors de la reprise du chantier, il y a quelques semaines, Robin Potvin ne savait pas ce qui allait advenir de son entreprise. Aujourd'hui, il affirme vouloir continuer en l'honneur de son fils.

«On voulait ouvrir un bureau d'ingénieurs et on va l'ouvrir, a assuré l'entrepreneur. On va se trouver des partenaires et le temps va arranger les choses. On doit l'honorer en poussant l'entreprise jusqu'où il voulait la voir.»

Robin Potvin a récemment acquis le bâtiment qui abritait autrefois la quincaillerie BMR de Saint-Félix-d'Otis pour réaliser ses projets d'agrandissement.