/regional/montreal/monteregie

Deux cadres de Chambly contestent leur congédiement

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Au moment où la Commission municipale du Québec annonce la fin de la tutelle à la Ville de Chambly, on apprend que deux cadres limogés cette année, Annie Nepton et Michel Larose, respectivement ex-directrice générale adjointe et ex-directeur général, n’ont pas dit leur dernier mot.

TVA Nouvelles a appris qu’ils ont décidé d’offrir la réplique à leur ancien employeur auprès du Tribunal administratif du travail.

Ils sont en démarche de contestation de leur destitution survenue dans le cadre de la tutelle. Ils estiment que leur congédiement est illégal et Mme Nepton a même déposé une plainte de harcèlement psychologique contre le cadre qui l’a remplacée à la Ville, Jean-François Auclair.

Des audiences sont déjà prévues devant le Tribunal en novembre.

Fin de la tutelle

La tutelle de la Ville de Chambly prendra fin le 29 novembre prochain, neuf mois après son assujettissement, décrétant qu’une «amélioration significative» a été constatée.  

La mise sous tutelle de la Ville de Chambly faisait suite à des perquisitions de l'Unité permanente anticorruption à l’hôtel de ville, au garage municipal ainsi que dans des bureaux administratifs à Chambly.   

L’administration du maire de l'époque, Denis Lavoie, y était contestée par les citoyens qui lui reprochaient son mode de gestion sous plusieurs motifs.  

«La Commission constate une amélioration significative de la situation à Chambly et juge que le conseil est prêt à retrouver son autonomie décisionnelle, notamment sur les aspects relevant des responsabilités financières, budgétaires et administratives», peut-on lire dans un communiqué.  

La Commission maintient cependant certains pouvoirs en matière de gestion des ressources humaines pour une période d'accompagnement transitoire, ajoute-t-on.  

La Ville de Chambly est administrée par la mairesse Alexandra Labbé depuis juin dernier.

Dans la même catégorie