/news/politics

Fitzgibbon incapable de nommer un seul acteur économique qui appuie la réforme de l’immigration

Charles Lecavalier | Le Journal de Québec

PHOTO SIMON CLARK

Le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon n’a pas été capable de nommer un seul acteur économique qui soutienne les modifications apportées par son gouvernement au Programme expérience Québec (PEQ).

«Je n’ai pas posé la question [aux entreprises]», a lancé Pierre Fitzgibbon jeudi à l’entrée du caucus caquiste. «Allié, comment on définit un allié? Le programme, dans son ensemble, les gens l’appuient», a-t-il ajouté.

M. Fitzgibbon, qui n’a pu nommer un seul groupe patronal ou une seule entreprise appuyant la décision de Simon Jolin-Barrette, de restreindre l’accès au PEQ, estime plutôt que ce sont les Québécois qui sont derrière la CAQ.

Accepté par les Québécois

«On fait les bonnes choses. En général, le programme d’immigration est accepté par les Québécois. Les Québécois nous appuient», a dit Pierre Fitzgibbon.

Ce dernier dit que le dossier défendu par Simon Jolin-Barrette a été mal communiqué. «Il y a eu un peu de confusion sur tout ça, au niveau des communications», a-t-il soutenu.

Il reconnaît d’ailleurs que le système d’immigration québécois est très complexe. «Elle est complexe, la réforme. Quand on regarde les entonnoirs où les gens peuvent arriver, c’est très complexe. Même pour un ministre, il faut s’asseoir, puis bien y réfléchir», a indiqué M. Fitzgibbon.

Son collègue Jean Boulet, ministre du Travail, a affirmé que la table des partenaires du marché du travail avait été consultée et que la Fédération des chambres de commerce et le Conseil du patronat y étaient favorables. Pourtant, en entrevue avec Le Devoir, les deux organismes patronaux se disaient «déçus» et demandaient une révision de la liste des étudiants admissibles.

Dans la même catégorie