/news/politics

Réforme de l’immigration: sans alliés, Legault se tourne vers Facebook

Patrick Bellerose | Journal de Québec

François Legault a fait fi des nombreuses critiques de sa réforme de l’immigration jeudi, se tournant plutôt vers sa page Facebook pour y trouver des appuis dans la population.

«Je pense que si vous regardez sur mon Facebook, par exemple, je dirais que 90 % des gens sont d’accord avec ce que nous faisons. C’est bon pour les Québécois d’avoir plus de gens en lien avec nos besoins», a commenté, en anglais, le premier ministre caquiste avant d’entrer à la période de questions.

M. Legault a rejeté jeudi les critiques qui lui sont adressées par la communauté d’affaires, ainsi que les dirigeants de cégeps et d’universités, pour sa réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Désormais, seuls les étudiants et travailleurs temporaires étrangers qui sont dans des domaines d’étude ciblés par le gouvernement pourront profiter de cette voie rapide pour obtenir rapidement une résidence permanente.

Motivations monétaires

«C’est sûr que les recteurs et les cégeps sont financés par étudiants. Donc, les étudiants qui sont dans des domaines où il n’y a pas de besoins, ça rapporte quand même [du financement]», a répliqué le premier ministre aux recteurs et directeurs généraux qui s’inquiètent de perdre d’importantes cohortes d’étudiants internationaux.

Quant au président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, le premier ministre Legault réfute ses arguments. «C’est sûr que Michel, ce qu’il veut, c’est le plus de main-d’œuvre possible. C’est un jeu d’offre et de demande : plus il y a de main-d’œuvre au Québec, plus on peut garder les salaires bas, plus on est capables de trouver des employés à 12$, 15$ de l’heure», souligne M. Legault.

Questionné à savoir qui sont ses alliés dans cette réforme du PEQ, François Legault a lancé : « Tous les Québécois ».

Ajustements

Le premier ministre caquiste a réitéré qu’avec cette réforme le gouvernement veut se « concentrer sur les domaines où il nous manque d’expertise », en favorisant les domaines frappés par la pénurie de main-d’œuvre.

Tout comme la veille, M. Legault a souligné que son gouvernement se montrera « flexible » sur la liste des formations qui donneront accès au PEQ. « Il faut s’assurer avec les recteurs d’université qu’on n’a pas oublié des domaines où il y a des emplois, dit-il. Mais le principe demeure. »

«Cheap labor»

La sortie de M. Legault n’a pas rassuré la président-directrice générale de Manufacturiers et exportateurs du Québec. Véronique Proulx déplore la « référence au cheap labor ». « Dans le secteur manufacturier, la moyenne des salaires est autour de 20 $ de l’heure », note-t-elle. Quelque 19 000 postes sont à combler dans ce secteur, ajoute Mme Proulx.

De plus, la liste des emplois en pénurie utilisée par Québec résulte d’un long processus. « C’est probablement des données de 2017 », dit Mme Proulx.

«Une bonne semaine»

Contrairement à la perception générale, et même s’il a admis avoir connu une dure journée mardi, le premier ministre Legault estime que son gouvernement connaît « une bonne semaine ».

«Parce que, moi, je pense que depuis longtemps ce débat-là doit avoir lieu au Québec. Est-ce qu’on veut avoir des immigrants – soit des étudiants, soit des travailleurs – dans les domaines où on a des besoins, plutôt que d’aller : premier arrivé, premier servi? C’est un débat important et je pense que cette semaine on a fait avancer ce débat-là», a expliqué M. Legault.

Dans la même catégorie