/news/currentevents

Aucune accusation portée contre les collecteurs de fonds libéraux

Alexandre Robillard - Le Journal de Montréal

L’Unité permanente anticorruption ferme le dossier «Justesse», une enquête où des collecteurs de fonds libéraux étaient soupçonnés d’avoir trempé dans une fraude à la Société immobilière du Québec (SIQ).

À LIRE ÉGALEMENT

Les raisons derrière l'abandon de l'enquête «Justesse» par l'UPAC

Le commissaire à la lutte à la corruption Frédérick Gaudreau a fait cette annonce dans un communiqué émis vendredi matin.

«Les conditions ne sont effectivement pas réunies pour aller plus loin et soumettre une demande d'intenter des procédures au Directeur des poursuites criminelles et pénales», indique le communiqué. L’enquête «Justesse», amorcée en 2010, s’est penchée sur des transactions immobilières douteuses faites en 2004 et en 2007 par la Société immobilière du Québec (SIQ).

Franco Fava et deux autres ex-organisateurs du Parti libéral du Québec, William Bartlett et Charles Rondeau, étaient au nombre des suspects, tout comme l’ex-patron de la SIQ, Marc-André Fortier.

L’UPAC croyait qu’ils avaient commis une fraude qui leur a permis d’empocher des commissions secrètes de plus de 2 millions $ «dans le cadre de la vente de bâtisses et de locations à long terme».

Selon l’UPAC, M. Gaudreau a analysé l'ensemble des dossiers d'enquête, dont Justesse, pour en évaluer l'avancement et s'assurer de la pertinence de les maintenir. Il en arrive aujourd'hui à la conclusion qu'il doit mettre fin à ce projet».

«Le commissaire insiste sur le fait que sa décision a été prise en toute objectivité et dans un souci de saine gestion», indique le communiqué du corps policier.

Dans la même catégorie