/news/politics

«On se dit qu’on a été entendus»

TVA Nouvelles

À la tête d’un collectif qui s’opposait farouchement à la réforme du Programme de l'expérience québécoise (PEQ), Lamoussa Diabate exprime son soulagement face à la suspension de la réforme.

«C’est une grande victoire et nous sommes très heureux du recul du gouvernement. Au final, on se dit qu’on a été entendus», s’est-il réjoui en entrevue à LCN maintenant. Il en a profité pour remercier les différents acteurs qui se sont mobilisés et ont exprimé leur désaccord envers cette réforme : nombreux étudiants et travailleurs internationaux, recteurs des universités et acteurs du monde des affaires.

Malgré cette victoire, l’étudiant au doctorat en épidémiologie dit ne pas vouloir se réjouir trop vite. «Tout est possible avec ce gouvernement, dans lequel, il faut le dire, nous avons perdu toute confiance», ajoute-t-il.

En effet, la réforme du PEQ est suspendue pour le moment, mais une nouvelle mouture verra vraisemblablement le jour. Lamoussa Diabate espère que les étudiants seront consultés, contrairement à la dernière fois.

Selon lui, le PEQ peut être amélioré. Néanmoins, il compte s’opposer à toute liste semblable à celle proposée par la CAQ dans sa première réforme, qui spécifiait quels programmes et quels emplois étaient admissibles. «Aucune formation n’est inutile», a-t-il martelé.

De plus, il souligne l’absurdité de recruter des travailleurs à l’étranger, mais de refuser des étudiants internationaux formés dans le système d’éducation québécois et déjà bien intégrés à la société.

 

Dans la même catégorie