/regional/montreal/montreal

Il a quitté les ruines de la Syrie... pour mourir sous des ruines ici

Jonathan Tremblay | Journal de Montréal

Hanri Sabbagh sourit paisiblement à la caméra, avec un papillon au creux de la main droite.

courtoisie, famille Sabbagh

Hanri Sabbagh sourit paisiblement à la caméra, avec un papillon au creux de la main droite.

Le quinquagénaire montréalais qui a péri après avoir reçu une pluie de briques sur la tête en pleine tempête automnale la semaine dernière avait fui les horreurs de la guerre en Syrie pour finir par s’établir au Québec, où il rêvait d’un avenir meilleur pour sa famille.

« Quelle ironie ! S’échapper de [plusieurs] années de guerre civile, venir ici en espérant nous offrir une meilleure vie, et mourir ainsi... C’est une loterie de malchances », souffle Rima Bidan, qui a partagé la vie de Hanri Sabbagh durant plus de trois décennies.

Cet homme de 52 ans a grandi dans la ville d’Alep, en Syrie. Le bijoutier de profession y a aussi fondé sa famille et bâti son entreprise. Le sanglant conflit qui secoue ce pays du Moyen-Orient depuis 2011 a bouleversé son quotidien et celui des siens. Son épouse relate qu’il a même été capturé par le groupe armé État islamique pendant plus d’une journée, avant de réussir à s’échapper.

C’est au Canada que Hanri Sabbagh croyait enfin pouvoir respirer le bonheur avec sa femme et ses filles. Il a plutôt trouvé la mort un an à peine après s’être installé à Montréal, dans un bête accident.

Sa veuve, ainsi que leurs deux filles, dans la mi-vingtaine, ont accepté de raconter au Journal les derniers moments de cet amoureux du Québec et de la langue française. Ébranlées, elles nous ont reçus quelques jours après le drame, toutes de noir vêtues, dans l’appartement familial du secteur Cartierville.

Le vendredi 1er novembre dernier restera gravé dans leur mémoire comme le pire jour de leur vie. Ce jour-là, une tempête automnale s’est abattue sur le Québec.

Sortant d’un cours de français

Les vents étaient si violents, frôlant les 120 km/h par endroits, que des arbres ont été déracinés, et un clocher d’église s’est effondré. Près d’un million d’abonnés d’Hydro-Québec ont été privés de courant.

Et surtout, la tempête a fait cinq morts, dont Hanri Sabbagh.

Cet après-midi-là, il est sorti plus tôt qu’à son habitude de son cours de francisation de niveau 4, au Centre William-Hingston, dans le quartier Parc-Extension.

Il devait se rendre avec sa famille aux funérailles du mari d’une amie, aussi d’origine syrienne.

M. Sabbagh était en contact avec sa plus jeune, Mireil Sabbagh, 24 ans, par téléphone. Il lui a d’abord mentionné qu’il tenterait d’attraper un autobus, tout près de l’école, pour se rendre à l’église.

Pas de chance. M. Sabbagh l’a raté de peu. Il risquait donc fort d’être en retard.

« Ma fille, je t’attends »

Il a alors laissé un message vocal à Mireil, lui demandant de passer le prendre sur son chemin, à l’intersection des rues Champagneur et Saint-Roch.

« Ma fille, je t’attends près de l’école. Viens quand tu veux », a-t-il dit en arabe.

Il était 14 h 39 lors de cet appel, affiche le cellulaire de Mireil. Elle ne se doutait pas qu’il s’agirait des derniers mots que son père adresserait à ses proches.

Une minute après l’enregistrement du message, soit à 14 h 40, un appel a été reçu par les services d’urgence de la métropole.

Un pan du mur de l’immeuble locatif adjacent à l’abribus devant lequel se tenait M. Sabbagh s’est désagrégé, vraisemblablement sous la force des rafales.

Une pluie devant contenir une centaine de briques a alors déferlé le long de la bâtisse. Certaines ont assommé M. Sabbagh avant d’atterrir sur le trottoir. D’autres ont plutôt fracassé la vitre de l’abribus.

Des commerçants du coin ont sursauté en raison du vacarme, ont-ils témoigné.

« On aurait dit une explosion », illustre le fleuriste Dimitrios Mitropoulos.

Des passants ont manifesté leur volonté de porter secours au quinquagénaire, relate le témoin.

Par crainte que l’effondrement se poursuive, croit-il, ces derniers n’osaient cependant pas s’approcher.

Le corps inerte gisait au sol, son manteau noir étant couvert de briques beiges et de poussière, a-t-on pu constater, sur des images difficiles à regarder.

Des pompiers sont vite intervenus, indique le pâtissier Vasilios Karagiannidis. La victime a été conduite d’urgence dans un centre hospitalier.

« Il était inconscient... knocked out », raconte M. Karagiannidis.

Mauvais pressentiment

Pendant ce temps, sa fille Mireil commençait à s’inquiéter, racontera-t-elle plus tard avec peine, assise au bout du divan de ses parents.

Elle était restée silencieuse depuis le début de l’entretien avec Le Journal, en retrait avec sa sœur, Christelle Sabbagh, 25 ans.

« Je l’appelais pour savoir où il était, et il ne répondait pas », glisse-t-elle en anglais, la tête entre les deux mains.

Sans nouvelles, la jeune femme avait donc décidé de se diriger directement à l’église, suggérant à son père d’y rejoindre le reste de la famille à la cérémonie.

Mais Mireil était habitée par un mauvais pressentiment. Elle a quitté son banc d’église pour s’enquérir de l’état de son père. Celui-ci n’avait pas l’habitude d’ignorer ses messages.

Elle s’est dirigée en voiture vers l’école d’où sortait M. Sabbagh. Arrivée sur les lieux, elle a vu le périmètre érigé par le Service de police de la Ville de Montréal.

Prise de panique, elle s’est approchée des policiers, se souvient-elle.

Ces derniers lui ont souligné, après qu’elle se soit identifiée, qu’il valait mieux qu’elle se rende immédiatement à l’Hôpital général de Montréal.

Agonie

Pour sa part, la fille aînée de la victime, Christelle Sabbagh, explique qu’elle était à l’autre bout du monde, ce jour-là.

Elle se trouvait en voyage à Dubaï, soit à 10 600 km de Montréal.

« Les médecins ont tout fait pour garder [son père] en vie au moins 24 h, le temps que Christelle ait la chance de le voir une dernière fois, souligne sa mère, Rima Bidan. On ne demandait qu’une lueur d’espoir. »

La jeune femme a donc sauté dans le premier avion, sitôt la triste nouvelle apprise, en pleine nuit.

Inconscient à son arrivée à l’hôpital, le Montréalais d’adoption a agonisé durant trois jours avant de rendre l’âme des suites de ses blessures, lundi soir dernier.

Christelle Sabbagh a eu le temps de dire au revoir à son père. Tout comme sa sœur et sa mère, qui étaient à son chevet jusqu’à la fin.

Elles croient toutefois que, peu importe ce qu’elles ont pu lui dire sur son lit de mort, il ne les a pas entendues. Il aurait subi une mort cérébrale instantanée sur le coup, lors de la chute des briques.

Les trois femmes, toujours sous le choc, n’arrivent pas à s’expliquer pourquoi une telle malchance les a frappées, dans un pays si sécuritaire.

Incompréhension et colère

Comment pouvaient-ils se douter que le cruel destin rattraperait Hanri Sabbagh lors d’un si bête accident, à Montréal ?

« Je savais que la vie n’était pas juste. Mais je ne savais pas qu’elle pouvait être si laide », laisse tomber sa fille cadette en serrant les dents, incapable de contenir ses larmes, tant la colère provoquée par la mort de son père l’envahit.

« La meilleure vie pour lui, c’est elle qui l’a trompé », philosophe quant à elle Mme Bidan, atterrée. « C’était tellement dangereux là-bas [en Syrie], qu’on a du mal à croire que, ça, ce soit arrivé ici. »

La famille avait de quoi vouloir immigrer au Québec. Elle était aux premières loges des horreurs vécues en Syrie.

Ils vivaient d’ailleurs tous à Alep, qu’on qualifie de « ville martyre du pays », en raison de ses bâtiments en ruines. Un reflet de la brutalité de ce conflit complexe.

La guerre civile, qui oppose le gouvernement et divers groupes armés, est responsable de millions de départs de citoyens craignant pour leur vie depuis 2011.

Selon l’Organisation des Nations unies (ONU), cette crise est considérée comme étant la pire crise humanitaire des temps modernes.

Elle a fait près de 500 000 morts. Plus de 13 millions de Syriens ont toujours besoin d’assistance, souligne l’ONU.

Ce n’est pas du tout le cas des Sabbagh, qui se sont toujours considérés chanceux d’être à l’aise financièrement.

Accomplis en Syrie

Mme Bidan refuse pour cette raison toute pitié, n’acceptant pas qu’on la photographie en pleurs, et rejetant aussi catégoriquement qu’on utilise le terme « réfugiés syriens »pour décrire sa famille.

« On est venus ici par nos propres moyens, dicte-t-elle d’un ton convaincu. On était heureux et accomplis en Syrie aussi, malgré le danger. »

Ils sont donc venus ici pour être heureux, plus heureux, tout simplement, assurent les trois femmes.
N’empêche que la crise syrienne les a affectés et poussés à fuir. D’autant plus que Hanri Sabbagh s’est fait capturer par État islamique en 2013 pour des raisons qui demeurent, encore aujourd’hui, nébuleuses, racontent les siens.

Le groupe armé État islamique est une organisation terroriste, militaire, politique et sans pitié qui prône la violence.

Enlevé par des terroristes

« On ne sait pas pourquoi, parce qu’il n’y en a pas, de raison claire. Personne ne sait comment pensent les extrémistes, explique Mireil Sabbagh. Mais tout le monde soupçonne que c’est en raison de sa religion chrétienne, ou peut-être de son passeport, qui signifierait qu’il est riche, avec de nombreux visas. »

Il se serait tiré de cette emprise après 24 heures, lorsque l’armée syrienne a bombardé le campement où on le gardait prisonnier, a raconté après coup le fugitif à sa douce.

« Il pensait mourir là. C’est un miracle qu’il ait survécu. Sinon, il se serait fait massacrer », soutient Mme Bidan.

Traumatisé par son expérience, l’homme « n’a pas remis les pieds dans son pays natal » jusqu’en 2017, assure-t-elle.

D’ailleurs, M. Sabbagh partageait sa vie entre Alep et Dubaï depuis 2006 déjà.

Il était marchand de tabac dans cette ville des Émirats arabes unis, située à 2100 km d’Alep.

Il revenait fréquemment en Syrie, pour visiter le reste de la famille qui y habitait toujours. Puis, en 2014, sa femme et leurs filles sont venues le rejoindre à Dubaï, quittant la Syrie dont elles qualifiaient l’atmosphère de « pire que l’enfer ».

Des enlèvements, des gangs et autres horreurs inimaginables étaient devenus routine, se remémore Mme Bidan.

« Je conduisais ma voiture, et il y avait des bombes qui explosaient à moins de 15 m de moi », illustre-t-elle.

La femme de 53 ans ne se plaisait toutefois pas davantage à Dubaï.

Un rêve

« Je voulais retourner en Syrie, mais pas mon mari. Le Canada, c’était le terrain d’entente pour que toute la famille puisse vivre ensemble à nouveau », dit-elle.

C’est ainsi qu’ils ont immigré au Canada le 9 septembre 2018. Depuis ce jour, Hanri Sabbagh n’avait qu’un rêve.

« Que ses filles puissent vivre dans un pays libre, poursuit son épouse. Il adorait le Canada. Il adorait Montréal. Même la neige ! Tout était positif pour lui ici. »

Et tout avait pourtant si bien commencé, à leur entrée au pays, à commencer par les douanes.

Les papiers, les passeports, la résidence permanence. Tout était si facile.

Ses proches ne peuvent s’empêcher de penser que Hanri Sabbagh, farceur et boute-en-train, était enfin « sur la voie de sa destinée ».

Tout ce qu’il souhaitait, c’était de voir sa femme et ses filles aussi heureuses que depuis leur arrivée à Montréal.

Amoureux du français

Dès qu’il a mis les pieds au Québec, le père de famille a chéri la langue de Molière au point de se filmer en la pratiquant, et même en la chantant.

« Il adorait parler en français, même si ce n’était pas facile pour lui », admet sa femme. Enseignante d’anglais en Syrie, elle a complété son 3e cours de francisation la veille de la mort de son époux.

Elle pourra bientôt travailler au Québec. Ses filles poursuivent des études supérieures en économie et en santé.

D’ailleurs, les gens qui ont côtoyé M. Sabbagh pendant ses cours de français n’ont que de bons mots pour lui, le qualifiant « d’ami de tous ».

« C’était un homme comique. Il aimait parler en français et était content d’être au Québec », témoigne Fredy Kelzi, un collègue de classe.

« Il était apprécié de tous. Il avait une belle intelligence sociale », poursuit Lisbeth Collin, une de ses enseignantes.

À un point tel que sa famille le croyait un brin baratineur, quand il se targuait d’être la coqueluche de la classe.

« On a commencé à suivre les cours, nous aussi, et on a vu qu’il ne mentait pas, assure sa cadette. Pour nous, ce n’était pas juste notre père. C’était notre ami. Je lui confiais tout. »

Les trois femmes ont répondu à nos questions en anglais, mais ont été capables de glisser quelques phrases dans un très bon français. C’est la gêne et la volonté de bien se faire comprendre qui les ont poussées à favoriser l’anglais.

Entrepreneur dans l’âme

Pas de gêne pour M. Sabbagh, par contre. « Je suis Canadien », leur répétait-il en français, avec grande fierté.

Selon les femmes de sa vie, un rien le rendait heureux. Rouler à bicyclette ou encore pelleter l’entrée lors des bordées de neige. Cela lui suffisait.

Il faisait notamment preuve d’une grande ouverture d’esprit pour que ses enfants puissent vivre selon un mode de vie plus libéral au Québec, selon celles-ci.

Même s’il n’avait pas encore d’emploi au Québec, l’objectif premier de Hanri Sabbagh était de s’imprégner de la culture québécoise, pour se lancer en affaires ici.

Entrepreneur dans l’âme, il suivait aussi des cours de gestion d’entreprise.

Il disait notamment à sa femme qu’il voulait s’ouvrir un restaurant, ou encore travailler chez un concessionnaire. « Ce n’était pas trop clair, mais on ne manquait de rien », mentionne-t-elle en souriant.

« Chez elles » à Montréal

Malgré le chagrin qui les terrasse, les trois femmes poursuivront leur vie à Montréal, où elles se sentent « chez elles ».

Ce sera en partie « pour lui », mais « avec beaucoup de tristesse », précise Mme Bidan, en français.

Les causes de l’effondrement fatal n’ont toujours pas été déterminées.

Cependant, la veuve envisage d’entamer des procédures judiciaires au civil afin d’obtenir un dédommagement de la part du propriétaire de l’immeuble d’où les briques se sont détachées.

« On a confiance en la justice de ce pays. On ne veut tirer profit de personne. On n’ira pas à la pêche. Mais on va faire ce qu’il faut », soutient-elle.

D’ici là, la dépouille de Hanri Sabbagh sera rapatriée en Syrie, où il sera enterré, « comme il le souhaitait », entouré de ses proches. « Il voudrait qu’on soit fortes. On va l’être », conclut son épouse.