/news/currentevents

La guerre aux pimps bientôt déclarée?

Valérie Gonthier - Le Journal de Montréal

Prostitute waiting for the client at night street.

Stock Adobe

Victimes, policiers, avocats, et élus : face à la multiplication des cas de proxénétisme, plusieurs voix s’élèvent pour qu’on déclare une guerre sans merci aux individus sans scrupules qui profitent de jeunes femmes pour s’enrichir.

« Ce sont des rapaces. Ils profitent de la naïveté de filles tombées sous leur joug pour prendre leur argent et les maltraiter, parfois physiquement, mais surtout mentalement », dénonce un enquêteur spécialisé dans le domaine.

Selon des experts consultés par Le Journal de Montréal ou entendus en commission parlementaire cette semaine à Québec, il y a urgence de contrer ces crapules.

C’est que le phénomène a pris une ampleur insoupçonnée ces dernières années. Selon des données en ligne de Statistique Canada, la moitié des affaires de proxénétisme au pays ont été recensées ici l’an dernier.

Pas étonnant, car le Québec est le lieu de prédilection où recruter ces filles qu’on forcera à se prostituer dans le reste du Canada, où les Frenchies sont considérées comme « exotiques » par les abuseurs.

Quatre fois plus de dossiers

Du coup, seulement à Montréal, les cas traités par les policiers ont été multipliés par quatre de 2015 à 2017.

« On peut assurément voir qu’il y a plus de dossiers. Ça occupe maintenant une place importante dans mon travail », soutient Me Jean-François Roy, un procureur de la Couronne spécialisé en matière de proxénétisme.

De tels drames humains ont des échos au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels de Montréal. En une décennie, de 2004 à 2014, on y a accueilli un total d’une centaine de victimes de proxénètes. La criminologue Karine Damphousse et sa collègue voient désormais défiler plus de 170 jeunes femmes abusées par an. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg, constate-t-elle : « On voit seulement celles que les policiers nous réfèrent. »

Mais comment en est-on venu à ce que tant d’individus décident de « vendre » des jeunes femmes comme métier ? Certains pointent du doigt la banalisation de la sexualité ; d’autres observateurs soutiennent que c’est juste trop facile de devenir proxénète.

Vendue plusieurs fois...

« C’est à la mode. Pour un jeune délinquant qui a envie de faire de l’argent rapidement, le proxénétisme devient une option. C’est accessible et surtout, c’est reconnu pour être payant », détaille Nathalie Gélinas, intervenante au Centre jeunesse de Montréal

« Vendre de la drogue, c’est compliqué et risqué. Il faut la trouver, savoir à qui la vendre. Cela nécessite de la préparation. Devenir proxénète, ça peut se faire rapidement, avec peu d’investissements », ajoute Jennie-Laure Sully, de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle. Et une femme, elle, on peut la vendre plusieurs fois de suite, soupire-t-elle.

Nouvelle loi

Pour certains criminels, il s’agit aussi d’une activité à faible risque. Une croyance toutefois moins vraie qu’avant, avertissent les corps policiers, qui multiplient les efforts pour pincer les proxénètes et leurs « clients ».

« Les exploiteurs, on veut qu’ils aient peur. Qu’ils aient la trouille et sentent qu’on est là », martèle Dany Gagnon, adjoint au chef de la police de Laval.

Depuis peu, les autorités peuvent d’ailleurs compter sur un outil de plus pour faire condamner ces manipulateurs.

Sanctionnée en douce en juin à Ottawa, la loi C-75 prévoit une disposition mise de l’avant par la criminologue et ex-députée Maria Mourani, qui permettra bientôt d’éviter qu’une victime de traite de personne doive témoigner au procès de son bourreau.

« Les lois sont plus sévères. C’est connu dans le milieu que ce n’est pas une bonne chose d’avoir une fille mineure qui travaille pour toi », souligne l’intervenante Gélinas.

Certains tentent de passer sous le radar ou d’éviter de lourdes peines en abusant de filles de plus de 18 ans qui ont l’air très jeunes. Malgré tout, des proxénètes continuent de vendre des adolescentes pour satisfaire les envies tordues de clients.

Dès le primaire

« Quatorze ans, c’est la moyenne d’âge pour être recrutée. Mais maintenant, on se rapproche de 12 ans », s’inquiète Ian Lafrenière, l’ancien policier devenu député, qui préside la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs.

Elles sont parfois ciblées dès la fin du primaire, confirme le sociologue Michel Dorais.

« C’est un travail de longue haleine », note-t-il, en évoquant la toile que tisse le proxénète autour de sa proie.

On va l’attirer, la charmer, lui faire croire à une vie luxueuse en la couvrant de cadeaux. Parfois même un animal de compagnie pour ancrer un lien affectif.

Puis, on la désensibilise pour l’amener à banaliser l’industrie du sexe.

Une fois cette emprise établie, le pimp fait carrément ce qu’il veut de la fille.

Guichets automatiques

« Il faut que les gens comprennent que des victimes de proxénètes, ce ne sont pas des filles menottées après un calorifère dans un sous-sol. C’est plus subtil ce qu’ils font, ces gars-là. Ils leur jouent dans le cerveau, tellement que les filles ne se voient même pas comme des exploitées. Elles croient qu’elles sont aimées », déplore le député Lafrenière.

Si un proxénète se montre si patient pour piéger une jeune victime, c’est qu’il sait qu’elle va devenir payante. Avec une seule fille à son service, il peut empocher des dizaines de milliers de dollars.

« Elles deviennent de véritables guichets automatiques », illustre Martin Pelletier, intervenant au Centre jeunesse de Montréal.

Pour le proxénète, elles ne sont alors plus que des esclaves qu’on peut forcer à se prostituer, sans égard à leur état psychologique ou leur santé.

Bonnes et mauvaises femmes

« Il va faire un clivage très net dans sa tête. Pour lui, il y a les bonnes femmes et celles qu’on peut exploiter », indique René-André Brisebois, chercheur à l’Institut universitaire Jeunes en difficulté.

« C’est de la marchandisation. Il n’y a pas d’autres buts que de s’enrichir au détriment de l’intégrité physique de ces jeunes femmes », a récemment plaidé en cour la procureure de la Couronne Ève Malouin.

Raison de plus pour venir en aide au plus vite à toutes celles tombées sous le joug de ces parasites. « Il faut arrêter de voir ces filles comme des prostituées. Ce sont des victimes », insiste l’officier Dany Gagnon.

L’exploitation sexuelle en bref

- 14 ans : âge moyen où une victime est recrutée

- 80 : pourcentage de prostituées qui ont fait leurs débuts étant mineures

- 1500 $ : gain quotidien estimé au Québec pour un proxénète qui exploite une femme

- 2 600 000 : nombre de transactions de services sexuels offerts au Québec en un an

- 15 : pourcentage des suspects de proxénétisme qui sont des femmes

- 80 : pourcentage des danseuses qui sont ou ont déjà été sous le contrôle d’un proxénète

Sources : Statistique Canada, GRC, SPAL, SPVM, Ministère de la Sécurité publique du Québec

Dans la même catégorie