/news/currentevents

Disparu pendant neuf jours, il est mort à côté de chez lui

Frédérique Giguère - Le Journal de Montréal

COURTOISIE

Pendant les neuf jours où son mari a été porté disparu, une mère de famille de Châteauguay a parcouru près de 2000 km dans l’espoir de le retrouver. L’ironie du sort, c’est que, sans le savoir, elle est passée à un cheveu de lui à une dizaine de reprises.

« J’étais comme en mission, je devais le retrouver. J’essayais de me mettre dans sa tête et d’imaginer les chemins qu’il aurait pu prendre, mais dans le fond, il était à cinq minutes de la maison », souffle Johanne Desparois, la voix tremblante.

Celle-ci se retrouve désormais seule pour prendre soin de ses deux ados de 15 et 17 ans atteints du trouble du spectre de l’autisme.

Tout indique que son conjoint des 19 dernières années, Daniel Hébert, est mort dans un accident de la route le soir du 28 octobre. Il avait passé la soirée à son party de Noël d’employés au Club de golf Pinegrove de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Selon ses collègues, il a quitté la fête autour de 23 h 20 en disant retourner à la maison. Il ne s’est toutefois jamais rendu.

Coincé quelque part

Les journées qui ont suivi ont été infernales pour la famille de l’homme de 51 ans, dépeint comme un père de famille dévoué et un amoureux exceptionnel. Des recherches ont été entreprises par les policiers et son entourage. Aucune transaction bancaire n’avait été effectuée et jamais il n’aurait pu s’enfuir en laissant sa famille derrière, soutient Mme Desparois.

« Depuis le jour un que je disais qu’il avait fait un accident et qu’il était coincé quelque part, raconte la femme de 52 ans. Les deux premiers jours, je croyais vraiment pouvoir le retrouver en vie. »

Chaque jour, Mme Desparois parcourait des centaines de kilomètres dans l’espoir d’apercevoir le véhicule de son conjoint.

Il aura finalement fallu l’intervention de l’hélicoptère de la Sûreté du Québec afin de le retrouver. Le corps sans vie de Daniel Hébert a été localisé dans sa Mercedes-Benz blanche mercredi avant-midi dans un ravin en bordure de la sortie 41 de l’A30, à 2,5 km de sa maison.

Endormi au volant

Le véhicule était tombé si profond qu’il n’était même pas visible du chemin. Il semble qu’il ait fait une sortie de route alors qu’il revenait chez lui.

Une enquête du coroner sera menée afin de connaître les circonstances du décès.

Or, pour sa conjointe, il ne fait aucun doute que Daniel Hébert s’est endormi au volant. Le quinquagénaire, qui travaille également comme coach et arbitre de hockey, venait de terminer une semaine d’au moins 80 heures, ce qui n’était d’ailleurs pas inhabituel pour lui.