/finance/homepage
Populaire

Les ministères de l’Agriculture et des Transports en queue de peloton

Alain Laforest | TVA Nouvelles

Une vaste enquête menée par le syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec auprès de 3522 de ses 32 000 membres révèle que 75 % des fonctionnaires sont fiers de travailler au gouvernement.

Le SFPQ a fait la comparaison de la qualité de l'emploi de 43 ministères et organismes et a établi un classement. La commission des transports du Québec arrive au premier rang des ministères et organismes les mieux notés, suivi du Tribunal du travail, des Offices de la protection du consommateur, des personnes handicapées, et du ministère du Tourisme.

En queue de peloton, on retrouve les ministères de l'Agriculture, des Transports, la Régie du logement, l'Office des professions et la Régie du bâtiment au 43e rang.

«Ça va nous servir à mesurer la qualité du travail que les ministères font avec leurs employés. L'enquête nous aidera aussi à faire des démarches auprès des ministères pour essayer d'améliorer leur façon de faire envers les membres pour que les gens soient heureux au travail et donne un meilleur service», soutient Christian Daigle, président du SFPQ.

Parmi les points négatifs soulevés par les répondants, selon le document obtenu par TVA Nouvelles, 36 % cherchent à quitter leur emploi. Les employés de cinq ministères et organismes révèlent qu'ils doivent payer pour des frais de déplacement, un pourcentage qui atteint 59 % au ministère de l'Environnement et 61 % au ministère des Forêts.

Montré du doigt à plusieurs reprises dans des rapports du vérificateur général, le ministère des Transports à de gros défis. 62 % de ses employés estiment que les projets et les défis intéressants sont régulièrement confiés à des sous-traitants, et ce malgré les engagements pris par le gouvernement.

«Ce n'est pas le cas, s'exaspère le président du SFPQ. Il y a encore trop de choses qui sont données en sous-traitance et comme les ministères ont de la misère à attirer des travailleurs, on est encore obligé d'aller à l'extérieur», conclut M. Daigle.

Manque de formation ?

35 % des employés consultés dans le cadre de l'enquête syndicale affirment ne pas avoir accès à la formation nécessaire pour progresser dans leur carrière.

34 % soutiennent subir un niveau excessif de stress psychologique causé par leur travail.

81 % adhèrent à la mission de leur ministère ou organisme.

Le Conseil du Trésor aura une oreille attentive

Le syndicat estime que cette enquête lui servira lors des prochaines négociations, un avis que partage le président du Conseil du Trésor.

«Je sens que les employés de la fonction publique sont heureux dans leur travail, mais il y a aussi des choses à améliorer», constate Christian Dubé.

Celui qui devra mener les prochaines négociations avec les employés de l'État se montre sensible à certaines préoccupations du Syndicat.

«On le sait que c'est important pour les employés de savoir si on va trop à l'externe, ou si on va travailler plus avec des employés de l'interne. Vous savez que c'est quelque chose qu'on regarde actuellement. On a engagé beaucoup d'ingénieurs pour rapatrier les forces à l'interne, souligne le président du Conseil du Trésor. Je pense ça va nous aider à voir si on travail sur les bonnes choses», conclut sur une note positive M Dubé.

Le SFPQ devrait déposer ses demandes au cours des prochains jours.