/news/law

Arrêté en possession de drogues, il poursuit la police de Saguenay

Valérie Fortin | TVA Nouvelles

Un homme bien connu des policiers, Michaël Dallaire, qui allègue avoir été arrêté et détenu illégalement, poursuit maintenant le Service de police de Saguenay pour 337 000 $.

L'individu avait été intercepté le 12 octobre 2016 à l'intersection du boulevard du Royaume et de la rue Stanley, dans l'arrondissement de Jonquière. Les patrouilleurs ont remarqué que le pare-brise de son véhicule était brisé.

Mais l'intervention a pris une autre tournure. L'un des policiers a remarqué la présence d'un sac à dos sur la banquette arrière de la voiture. Selon le patrouilleur, le sac était entrouvert et une arme à feu, de type Winchester de calibre .12, était visible.

Les policiers auraient fouillé le véhicule et auraient découvert des armes à feu, des munitions, un bâton de baseball, une veste par balle et des stupéfiants.

Michaël Dallaire a été arrêté et envoyé en détention. Treize accusations ont été déposées contre lui, dont possession illégale d'une arme à feu et possession de méthamphétamines, de cocaïne, de GHB, de stéroïdes et de cannabis.

Cependant, Dallaire a été complètement blanchi 29 jours plus tard. Toutes les accusations déposées contre lui ont été retirées. Selon la poursuite, le patrouilleur aurait avoué avoir menti sur les circonstances de l'intervention.

«L'agent a avoué que le sac à dos sur la banquette arrière du véhicule n'était pas entrouvert et que celui-ci l'a ouvert, alors qu'il n'était pas en possession d'un mandat de perquisition», peut-on lire.

L'individu réclame donc 337 000 $ au Service de police de Saguenay en dommages et intérêts.

«M. Dallaire a des antécédents. N'empêche pas qu'il a des droits. Et on doit effectivement les respecter. S'il y a eu une bévue ou une erreur des policiers, je pense qu'ils doivent payer pour les fautes qu'ils ont commises», a affirmé l'avocat de Michaël Dallaire, Francis Boucher.

Le Service de police de Saguenay n'a pas voulu commenter le dossier.