/news/society

La taxe kilométrique est-elle la solution?

TVA Nouvelles

Le gouvernement du Québec a mis en place des incitatifs pour acheter des véhicules électriques, afin de réaliser des objectifs ambitieux en matière d’environnement. Toutefois, les revenus tirés de la vente d’essence sont à la baisse et des solutions sont proposées pour soutenir le financement des infrastructures.

«La taxe sur l’essence fait le travail en ce moment, mais on parle de taxe kilométrique pour l’avenir», a dit Norma Kozhaya, vice-présidente et économiste en chef au Conseil du patronat, qui appuie cette idée.

Cette taxe remplacerait celle sur l’essence et l’argent aiderait ensuite à financer les routes, mais aussi le transport en commun.

Congestion

Cette taxe kilométrique pourrait être modulée en fonction du moment de la journée pour tenter de réduire la congestion. Par exemple, circuler à l’heure de pointe en région urbaine coûterait plus cher aux automobilistes.

«Ce n’est pas la solution miracle, mais c’est une des solutions, a expliqué Norma Kozhaya sur le plateau de Mario Dumont. Il faut aussi travailler sur les incitatifs pour réduire les déplacements.»

Une technologie disponible

Cette taxe ne serait pas mise en place avant quelques années. S’il est possible de calculer les distances à l’aide de GPS, des projets pilotes devront être menés. Notamment, la traçabilité de tous les véhicules pose certains problèmes.

«Il y a des préoccupations en lien avec la protection de la vie privée, surtout si c’est modulé en fonction de la zone et de l’heure d’utilisation, a affirmé Mme Kozhaya. Il y a des considérations importantes, mais on pense que la technologie va réussir à les régler.»

Voyez l'entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.