/news/law

Peine supplémentaire de quatre ans pour un pédophile

Kathleen Frenette | Journal de Québec

Legal law concept image gavel  screen display

Paul - stock.adobe.com

Un pédophile qui se trouvait en maison de transition et pour qui «aucune barrière ne semble suffisamment forte pour le contenir» a écopé, lundi, d’une peine de détention supplémentaire de quatre ans après avoir été trouvé en possession de pornographie juvénile.

En 2012, Karl Audet, 37 ans, et sa conjointe de l’époque, Julie Viel, avaient fait la manchette après que le couple ait attiré une fillette de 9 ans chez eux. Audet, alors animé par un fantasme, avait pu toucher la vulve de l’enfant et faire une vidéo pornographique.

Condamné à une peine de détention de cinq ans, le pédophile a vu sa peine être prolongée de six mois, après qu’il se soit fait prendre, au pénitencier, avec des photos de pornographie juvénile cachées dans une Bible. Une ordonnance de surveillance de longue durée avait également été prononcée pour une période de dix ans.

En 2018, alors qu’il se trouvait en maison de transition, Audet s’est une fois de plus fait prendre, cette fois, avec un téléphone cellulaire qui abritait 137 fichiers de pornographie juvénile.

«Le rapport présentenciel et sexologique brosse un portrait sombre de l’accusé décrit comme intelligent, rusé, calculateur et qui use du mensonge», a rappelé le juge Christian Boulet.

En plus de la période de détention, Audet sera inscrit au registre des délinquants sexuels et, pour le reste de ses jours, il ne pourra pas, entre autres, se rendre dans un parc ou terrain de jeux où se trouvent des enfants de moins de 16 ans ni utiliser Internet, comme demandé par le procureur de la Couronne, Me Michel Bérubé, et ce, à perpétuité.