/regional/quebec/quebec

Un homme de Québec sauvé grâce à sa montre

Valérie Chouinard | TVA Nouvelles

Un homme de Québec a su qu'il éprouvait des problèmes cardiaques, grâce à sa montre intelligente. Elle lui a envoyé un message bien particulier en septembre dernier, soit d'aller consulter un médecin, ce qui lui a peut-être évité un accident vasculaire cérébral (AVC).

Marc Gagnon, 62 ans, n'avait pas l'impression que sa montre intelligente pouvait être un outil aussi important, que ça pouvait toucher sa santé. Il a ressenti un malaise cardiaque le 29 septembre dernier, alors qu'il regardait la télévision à son domicile.

«J'ai eu l'impression que mon rythme cardiaque commençait à augmenter. J'avais l'impression que je montais une côte à Lac-Beauport (...) J'ai appelé mon fils, il a dit ''Papa, tu as une montre Apple, tu as les données santé. Tu devrais prendre les données sur ta montre''.»

C'est plutôt assez simple à utiliser. Il suffit d'ouvrir l'application «électrocardiogramme» pour activer les électrodes intégrées au dos de la montre, et de presser le bouton 30 secondes. L'application ECG indique ensuite si le cœur bat à un rythme normal.

«J'ai pris les enregistrements peut-être aux 10 minutes. Et à chaque fois, on me disait soit «fibrillation auriculaire» ou «rythme cardiaque trop élevé». Mon rythme cardiaque était au-dessus de 135.»

Ce jour-là, Marc Gagnon ne prend aucune chance et décide de se rendre aux urgences. La médecin qui lui répond est loin d'être alarmante.

«Elle m'a dit ''vos enregistrements semblent quand même assez normaux''. J'ai dit ''parce que le problème que j'ai, c'est quand je regarde mon téléphone, j'ai des enregistrements qui disent que j'ai une fibrillation auriculaire qui ont été enregistrés cet après-midi.'' Et là, quand elle a vu ça, on dirait qu'elle a compris. Elle a dit ''wow, il y a quelque chose!''«

Pour le Dr Paul Poirier, cardiologue à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, les traitements sont nécessaires pour éviter des complications. Il faut donner des médicaments pour éclaircir le sang, autrement des caillots peuvent se former.

«Si le caillot reste là, on peut faire un AVC (...) Vous pouvez faire des périodes d'arythmie, donc de palpitations, le cœur qui saute, qui va vite ou qui s'emballe. Ça peut durer 15 secondes. C'est comme chez le dentiste. Tu arrives là, puis tu as plus mal aux dents. Tu arrives chez le médecin, et tu ne fais plus d'arythmie.»

C'est ce qui s'est passé pour Marc Gagnon.

«Si je n'avais pas eu la montre, probablement que présentement, je ne serai pas en condition d'anti coagulation et probablement que j'aurais eu des caillots, on ne le sait pas. Mais les risques d'AVC seraient augmentés.»

L'instrument n'est pas aussi précis que ceux utilisés par les professionnels de la santé à l'hôpital ou dans les cliniques, mais c'est suffisant pour détecter cette arythmie cardiaque.

«Ça ne peut pas diagnostiquer une crise de cœur, c'est spécifique pour les troubles du rythme», a expliqué le Dr Christian Fortin, de la clinique Médic Axion. Il est également le médecin de famille de Marc Gagnon. C'est la première fois qu'un de ses patients reçoit un diagnostic via une montre intelligente.

«C'est super intéressant, parce que ça nous permet de faire le diagnostic plus rapidement et de commencer un traitement aussi plus rapidement.»

Le Dr Poirier a expliqué que la fibrillation auriculaire est très répandue.

«La consultation à l'urgence la plus fréquente pour l'arythmie, c'est ça. Et jusqu'à 30% des personnes au-dessus de 65 ans qui vont en faire, dans leur vie, une période. Ça peut aller jusqu'à une personne sur cinq qui va en faire de façon chronique. Alors, vous comprendrez que c'est assez fréquent.»

Le jour où Marc Gagnon a reçu son diagnostic, sa montre intelligente est devenue sa meilleure amie.

«Non non! Je ne retire pas ma montre, même je dois vous dire, je dors même avec!»