/news/society

Alerte aux punaises de lit dans 18 immeubles fédéraux

Christopher Nardi et Sarah Daoust-Braun | Bureau d'enquête

Le complexe Guy-Favreau, à Montréal, est l’un des 18 immeubles appartenant au gouvernement fédéral où un problème de punaises de lit a été découvert dans les six derniers mois. La plupart des immeubles concernés sont dans la région d’Ottawa.

Chantal Poirier

Le complexe Guy-Favreau, à Montréal, est l’un des 18 immeubles appartenant au gouvernement fédéral où un problème de punaises de lit a été découvert dans les six derniers mois. La plupart des immeubles concernés sont dans la région d’Ottawa.

Le gouvernement fédéral cherche d’urgence un exterminateur pour faire face à un problème croissant de punaises de lit dans ses immeubles, a appris notre Bureau d’enquête.

De minuscules bestioles posent de gros problèmes à Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC). Le ministère qui gère les immeubles fédéraux a lancé un appel d’offres vendredi dernier pour se trouver un service de lutte antiparasitaire.

Les intéressés n’ont que 15 jours pour répondre à l’appel, car la situation est critique.

« Il y a urgence à prendre en considération les risques pour la santé et la sécurité associés à la situation des punaises des lits », indique le document d’appel d’offres, qui ajoute que le problème est « imprévisible ».

« En raison du nombre croissant d’édifices gouvernementaux touchés par la punaise des lits, il est impossible de prolonger la période de l’appel d’offres, car le gouvernement du Canada est tenu d’agir rapidement et de façon proactive pour contrôler la propagation de la punaise des lits », peut-on lire.

Bébittes en croissance

Les problèmes de punaises de lit du gouvernement ne datent pas d’hier, mais la situation a nettement empiré dernièrement.

À la demande de notre Bureau d’enquête la semaine dernière, SPAC a dressé une liste de 16 immeubles fédéraux où on a recensé des punaises de lit dans les six derniers mois.

À cette liste s’ajoutent deux autres édifices identifiés par CBC Ottawa où l’insecte aurait été détecté dans les dernières semaines. Au total, 11 immeubles ont été infestés dans les cinq dernières semaines dans le secteur.

À Montréal, le complexe Guy-Favreau a notamment déjà été l’hôte de ces parasites envahisseurs. Le mois dernier, le gouvernement a même dû annuler des audiences de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié en raison de l’invasion.

Inspections canines

Ottawa se tourne donc maintenant vers des exterminateurs, mais utilise aussi des pièges de détection et... des chiens.

« En cas de signalement de punaises de lit, des spécialistes de la lutte antiparasitaire procèdent à une inspection initiale pour confirmer la présence de punaises de lit. Au besoin, ils installent ensuite des pièges servant à la surveillance et effectuent des inspections canines », a indiqué une porte-parole de SPAC, Stéfanie Hamel.

Le niveau d’infestation dans la majorité des immeubles demeure « très faible », voulant dire qu’on y a trouvé entre un et 20 insectes, nuance Mme Hamel.

Le cas le plus important est un édifice à Gatineau, où l’on a compté 150 de ces parasites.

Les immeubles infestés

Montréal

Complexe Guy-Favreau

Saint-Bernard-de-Lacolle

225, chemin Guay

Gatineau

22, rue Eddy

70, rue Crémazie

Ottawa

200, rue Kent

333, avenue Laurier

150, promenade Tunney's Pasture

200, promenade Églantine

300, rue Slater

170, promenade Tunney's Pasture

350, avenue King Edward

Toronto

4900, rue Yonge

Dominion Public Building

Waterloo (Ontario)

139, promenade Northfield

Hamilton

55, rue Bay

Winnipeg

66, chemin Stapon