/news/politics

«C’est mon erreur et je m’excuse auprès des Québécois»

TVA Nouvelles

Le ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette a affirmé prendre «l’entière responsabilité des erreurs commises» dans le dossier de la réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

«C’est mon erreur. J’en assume l’entière responsabilité. Ça ne se reproduira pas», a-t-il expliqué à son arrivée au caucus de la Coalition avenir Québec à l’Assemblée nationale, mardi.

«Je m’excuse auprès des Québécois», a-t-il ajouté.

«J’aurais dû davantage consulter les différents partenaires du milieu économique, du milieu éducatif également, a-t-il reconnu lors d'un point de presse. C’est ce que je vais faire au cours les prochaines semaines.»

Simon Jolin-Barrette a dit avoir reculé après avoir entendu les étudiants internationaux. Le lendemain, il accordait une clause de droits acquis après avoir «entendu leur réalité».

 

Une leçon pour le gouvernement

Le premier ministre François Legault a reconnu qu’il s’agissait d’une «leçon pour le gouvernement». Il a pris la responsabilité dans ce dossier.

 

«L’objectif était le bon, mais l’exécution n’a pas été bien faite», a-t-il affirmé en soulignant que tous les ministères, notamment ceux de l’Emploi et de l’Éducation, devaient refaire leurs devoirs avec la liste avec les programmes d’études avec des emplois en pénurie.

Mardi, les partis d’opposition ont lancé des appels à la démission de Simon Jolin-Barrette comme ministre de l’Immigration.

La veille, François Legault a toutefois fermé la porte à l’idée de démettre Simon Jolin-Barrette de ses fonctions de ministre de l’Immigration.