/regional/montreal/monteregie

Des utilisateurs de la Rive-Sud inquiets

Camille Dauphinais-Pelletier

 - Agence QMI

GEN-AUTOBUS DE LA STL

Sébastien St-Jean / Agence QMI

La refonte de la tarification du transport en commun envisagée par les autorités inquiète des résidents de la Rive-Sud, qui estiment qu’ils se retrouveraient désavantagés par rapport à ceux qui habitent aux extrémités de l'île.

Selon des documents de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) obtenus par notre Bureau d’enquête, trois grandes zones tarifaires devraient être mises en place dans la Grande région de Montréal au cours des prochaines années.

La zone 1 inclura l’ensemble de l’île de Montréal, la zone 2 regroupera Laval et Longueuil et la zone 3 comprendra le reste des couronnes. Les tarifs mensuels pour ces trois zones seraient respectivement 98 $, 138 $ et 177 $.

«Avec le scénario privilégié par l’ARTM, les usagers des couronnes nord et sud subventionneraient allègrement le service des villes de banlieue situées sur l’île de Montréal», a avancé Axel Fournier, co-porte-parole de l’Association pour le transport collectif de la Rive-Sud (ATCRS).

«Concrètement, cela signifierait que l’usager partant de la gare de Pointe-aux-Trembles, située à 20 km du centre-ville, paierait un tarif moins élevé que l’usager partant de la gare de Saint-Lambert, située à 7 km du centre-ville», donne en exemple l’ATCRS dans un communiqué.

La situation serait semblable chez les utilisateurs du futur Réseau express métropolitain (REM). Ceux qui utiliseraient par exemple la branche qui traverse le West Island en montant à la gare Sainte-Anne-de-Bellevue paieraient moins cher que ceux qui viendraient de Brossard, même s’ils parcourraient une distance deux fois plus longue.

M. Fournier estime que les habitants de la Rive-Sud devraient être traités de la même façon que les habitants des extrémités est et ouest de Montréal. Ce scénario est aussi envisagé par l’ARTM, mais semble moins populaire auprès de certains décideurs, notamment parce qu’il impliquerait la gestion de deux zones tarifaires différentes sur le territoire de la ville de Montréal.

Dans la même catégorie