/news/politics

Gabriel Nadeau-Dubois favorable à une armée québécoise

Marc-André Gagnon | Le Journal de Québec

PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

À quelques jours du congrès de Québec solidaire, le co-porte-parole du parti, Gabriel Nadeau-Dubois, admet avoir un «préjugé favorable» envers un éventuel Québec souverain qui serait doté d’une armée.

Avec ou sans armée : c’est une question que se posent les militants de QS depuis plusieurs années. Ce week-end, à Longueuil, les membres seront appelés à trancher entre les deux options.

La première suggère qu’un éventuel Québec souverain serait doté d’une «défense strictement non violente», peut-on lire dans le cahier de propositions distribué aux membres.

La seconde milite en faveur d’une «défense mixte comprenant un volet militaire», s’inspirant «de la Suisse, de l’Irlande ou l’Islande, qui disposent d’une armée ne faisant pas partie de l’OTAN et ne quittent jamais leur territoire».

«Un léger préjugé favorable»

Même s’il a «hâte d’entendre les arguments des membres», Gabriel Nadeau-Dubois dit avoir «un léger préjugé favorable à l’option d’une défense hybride, c’est-à-dire à la fois civile et militaire».

«Dans un contexte où on souhaite qu’un Québec indépendant soit pleinement souverain sur son territoire, dans un contexte où il va y avoir des catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes à cause des changements climatiques, ça me semble important que le Québec dispose de sa propre force d’intervention sur le territoire», considère M. Nadeau-Dubois.

Il se base notamment sur l’expérience de pays qui ont fait le choix de ne pas avoir d’armée, comme le Costa Rica, pour ensuite avoir à «sous-traiter» leur défense, dans ce cas-ci aux forces américaines. L’élu solidaire de Gouin trouverait plutôt «paradoxal» qu’un éventuel Québec «indépendant» doive sous-traiter sa défense, par exemple, au Canada.

Comme Manon Massé, M. Nadeau-Dubois fera face à un vote de confiance, ce week-end, puisque les membres seront appelés à les reconduire dans le rôle de co-porte-parole.

Le congrès sera aussi l’occasion de conclure la fusion d’éléments de programme avec Option nationale, dont sont issus Sol Zanetti et Catherine Dorion.

Au programme figure également une modernisation des statuts du parti, ce qui devrait permettre, selon M. Nadeau-Dubois, de «créer un équilibre de pouvoir» entre le caucus, qui compte maintenant dix élus, et les instances militantes.