/news/politics

Les appels à la démission de Jolin-Barrette se multiplient

Vincent Larin | Agence QMI

Les appels à la démission de Simon Jolin-Barrette comme ministre de l’Immigration se sont multipliés du côté des partis d’opposition mardi à la suite du recul du gouvernement sur sa controversée réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

«Il est clair que le premier ministre devrait retirer le dossier à Simon Jolin-Barette», a déclaré le chef par intérim du Parti libéral, Pierre Arcand, en mêlée de presse à l’Assemblée nationale. Il a ainsi repris les propos de sa députée, Marwah Rizqy, qui, la veille, avait également demandé à Simon Jolin-Barrette de quitter ses fonctions de ministre de l’Immigration.

«Il m’apparaît très clair qu’à plusieurs reprises le premier ministre a passé l’éponge lorsqu’il y a eu quelques gaffes qui ont été faites par M. Jolin-Barrette, mais je pense qu’il ne doit plus passer l’éponge maintenant», a ajouté M. Arcand.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a réitéré sa demande à l’endroit du premier ministre à retirer le dossier de l’Immigration à Simon Jolin-Barrette.

«Avec tout le cafouillage qu’on a vu, l’insensibilité par rapport au dossier de l’Immigration, ça fait un moment qu’on demande "enlevez-y ce porte-feuille là"», a-t-elle indiqué.

Lorsque François Legault réitère sa confiance en son ministre: « ça nous reconfirme que le premier ministre est déconnecté», a-t-elle ajouté.

Le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, a quant à lui qualifié le recul du gouvernement sur le PEQ «d’amateurisme et d’incompétence qui nous coûte cher».

«Personne n’a rien vu donc c’est une erreur du gouvernement au complet, y compris du premier ministre qui a défendu jusqu’à la fin, bec et ongle, ce règlement là», a-t-il déclaré en ajoutant qu’il revenait à François Legault de décider de l’avenir de son ministre de l’Immigration.

Lundi, le premier ministre François Legault a toutefois fermé la porte à l’idée de démettre Simon Jolin-Barrette de ses fonctions de ministre de l’Immigration.

«Oui», a-t-il simplement répondu lorsque questionné à savoir si le député avait toujours sa confiance.

Vendredi soir, le gouvernement Legault a finalement renoncé à sa controversée réforme du PEQ, après une semaine d’attaques de toutes parts. Celle-ci prévoyait que les étudiants étrangers désireux d’obtenir un Certificat de sélection du Québec (nécessaire pour obtenir le statut de résident permanent) par le biais du PEQ devaient étudier dans une liste de domaines précis censée refléter les besoins du marché du travail.

Plus tôt dans la journée, François Legault avait été forcé d’admettre que le ministre de l’Immigration avait utilisé une liste de pénurie «faite il y a deux ans» pour établir ses nouveaux critères controversés, comme le révélait Le Journal la semaine dernière.

Le gouvernement Legault avait déjà reculé en annonçant une «clause grand-père», non prévue à l’origine, pour répondre aux critiques, avant de finalement tout mettre sur la glace.

Dans la même catégorie