/regional/quebec/quebec

Les coûts de la réorganisation policière à Québec bondissent à 124 M$

Jean-Luc Lavallée | Journal de Québec

Les coûts du redéploiement des effectifs policiers à Québec, incluant la construction d’une toute nouvelle centrale à Charlesbourg et la conversion de l’édifice F.X.-Drolet en poste de quartier, passent de 72 M$ à 124 M$.

Attendus depuis belle lurette, les détails du projet de réorganisation policière ont enfin été dévoilés, mercredi, par le chef du SVPQ Robert Pigeon et des hauts fonctionnaires de la Ville de Québec lors d’une présentation technique sur l’heure du midi.  

Pas moins de 750 policiers et civils seront rattachés à la future centrale de 6 étages qui sera construite, d’ici novembre 2023, sur un terrain acheté au coût de 3 millions $ à l’angle de l’autoroute Laurentienne et du boulevard Louis-XIV. 

La nouvelle centrale, qui coûtera à elle seule 98,5 M$, aura une superficie de 14 500 mètres carrés – soit 3500 mètres carrés de plus que l’ancien projet sur le boulevard Pierre-Bertrand – et un stationnement de 12 200 mètres carrés, incluant un garage tempéré d’environ 10 M$ pour les véhicules du service de police, ce qui n’était pas inclus auparavant. 

Le SPVQ y centralisera la majorité de ses activités. La nouvelle mouture du projet intègre désormais le centre de formation, la centrale 911, la direction, les affaires publiques, les affaires internes, le soutien juridique et la gestion des équipements motorisés, ce qui représente 183 personnes de plus que ce qui avait été prévu il y a quelques années. 

Robert Pigeon a refusé de parler d’«explosion des coûts» puisqu’il ne s’agit plus du tout du même projet et qu’aucun sou n’a encore été engagé dans la réorganisation, à l’exception de l’achat du terrain sur Pierre-Bertrand qui sera revendu. À son arrivée en poste, en 2016, M. Pigeon dit avoir forcé la main de l’administration Labeaume pour qu’elle refasse ses devoirs.

Labeaume prend sa part de blâme

Le projet a donc été complètement revu dans la foulée de la démission de l’ancien bras droit de Régis Labeaume, Jonatan Julien, blâmé par le maire en mai 2018 pour l’avoir «échappé» dans ce dossier.    

«Je prends ma part de blâme (...) Tout le monde était bien intentionné mais ça ne marchait pas. C’est inutile de revenir là-dessus. Ça ne donne absolument rien. Je n’ai pas le goût de blâmer Jonatan Julien aujourd’hui, ça ne me tente pas, mais c’était un cas de page blanche parce qu’on avait pris le projet à l’envers. Il faut bien établir les besoins pour l’avenir puis tu bâtis en fonction des besoins puis de la vision mais je ne peux pas blâmer quelqu’un qui veut que ça coûte moins cher», a déclaré le maire en conférence de presse.

«Ça a été un dossier extrêmement compliqué, qui a duré beaucoup trop longtemps, qui a vécu beaucoup trop de soubresauts mais on est rendus là aujourd’hui (...) C’est un projet qui ne fonctionnait pas et ce qu’il faut, c’est commencer à creuser le plus tôt possible», a-t-il ajouté. 

Robert Pigeon a encensé l’administration Labeaume qui a eu le «courage» de revoir le projet qui permettra, au final, de mieux servir le citoyen en répartissant de façon optimale les patrouilleurs et les effectifs sur le territoire.

Économies à long terme

M. Pigeon s’est dit fier que la réorganisation n’entraîne pas de hausse des coûts d’opération, malgré l’ajout de policiers. 

«On fournit une réorganisation policière sans augmenter le cadre financier du SPVQ, on augmente le nombre de policiers, on augmente notre performance, on augmente notre capacité opérationnelle sans frais pour le contribuable. On se loge dans un immeuble où Il n’y a pas de luxe, il n’y a pas de superflu, il n’y a pas de mètres carrés de trop, on est allés dans la limite de l’acceptable pour respecter la capacité de payer du citoyen», a-t-il plaidé.   

Il a même fait miroiter des économies de 18,8 M$ sur 25 ans grâce à la libération de baux coûteux sur l’avenue Saint-Sacrement et la fermeture du poste de la Haute-Saint-Charles en 2023, à l’instar du poste de Charlesbourg. 

Quant au poste F.X.-Drolet, qui coûtera 22,4 M$ dans Saint-Roch, M. Pigeon nuance les chiffres en disant que les policiers occuperont 22 % de l’espace. La majeure partie des locaux servira pour les besoins de la cour municipale. 

Les patrouilleurs de Charlesbourg et de la Haute-Saint-Charles seront rapatriés à la vétuste centrale du parc Victoria, en 2020, avant d’intégrer leurs nouveaux locaux en 2023. Le chef Pigeon assure qu’elle «n’est pas insalubre» et a même prévu y déménager son propre bureau pour démontrer sa bonne foi.