/news/currentevents

Un étudiant se masturbe en classe; sa prof appelle la police

Agence QMI

JOEL LEMAY/24H MONTREAL/AGENCE QMI

Une enseignante du Collège Dawson, à Montréal, a porté plainte à la police après que deux étudiantes lui eurent rapporté qu’un de leurs camarades se masturbait durant sa classe d’Éthique de la vie moderne, a rapporté mercredi «The Gazette».

L’incident se serait produit le 29 octobre dernier, en après-midi, dans ce cégep anglophone.

Mme Loane dit avoir d’abord constaté que l’élève en question «semblait distrait» durant son cours à la fin du mois dernier. Elle s’est alors adressée à lui, et comme il lui a répondu, elle a repris son cours, auquel assistaient 34 élèves.

Mais le mardi suivant, 90 minutes avant le début du même cours, une étudiante a prévenu l’enseignante des agissements présumés de l’élève qui se serait masturbé.

«Elle m'a informé qu'elle et une autre élève avaient entendu et vu un élève en train de se masturber pendant plusieurs minutes dans ma classe une semaine auparavant», a indiqué Mme Loane en entrevue avec «The Gazette».

L’enseignante n’a pas eu le temps de prévenir la direction avant le début du même cours. Elle a donc demandé à l’élève qui se serait masturbé de l’accompagner dans le corridor, pour discuter.

Elle l’a informé qu’elle avait reçu des plaintes relativement à son comportement présumé lors du cours précédent et qu’elle devait en informer la direction, soit Isabelle Carrier, qui est doyenne du département Social Science and Business Technologies au Collège Dawson.

Elle lui a demandé de quitter la classe, ce qu'il a fait.

Les deux étudiantes qui affirment avoir vu leur camarade se masturber ont ensuite été invitées à rejoindre l’enseignante à leur tour dans le corridor. Toutes deux ont informé Mme Loane qu’elles avaient d’abord entendu l’étudiant émettre des gémissements. Elles se sont mises à le regarder et elles auraient constaté qu’il se frottait la région de l’aine contre sa chaise et qu’il bougeait tout le torse, des mouvements qu’elles ont interprétés comme de la masturbation.

Comme Mme Loane voit en ces gestes présumés un acte indécent en vertu du Code criminel, elle a prévenu le Service de police de la Ville de Montréal le 11 novembre.

Selon l’enseignante, la direction du Collège Dawson a été lente à réagir, en plus de ne pas offrir une réponse adéquate dans les circonstances. La doyenne Carrier a mis trois jours avant de statuer que l’élève ne pourrait plus assister à son cours pour le reste de la session. Pourtant, le Collège Dawson, comme tout autre cégep et université, a dû se doter d’une politique institutionnelle visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel depuis le 1er janvier dernier.

Le Collège Dawson affirme au contraire avoir agi promptement dans ce dossier.

«Le Collège Dawson a réagi rapidement quand une situation impliquant un prétendu comportement indécent en classe par un étudiant a été portée à la connaissance d'une enseignante, puis d'un membre de l'équipe de direction, dans l'après-midi du 5 novembre», a indiqué par communiqué Christina Parsons, une porte-parole de la direction, à «The Gazette».