/news/culture

«Charlie et ses drôles de dames»: pari réussi

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Si tout se déroule comme prévu, nous assistons à la naissance d’une nouvelle franchise d’action menée par Elizabeth Banks et Kristen Stewart.

Ressusciter «Charlie et ses drôles de dames» («Charlie’s Angels» en version originale) était risqué. Après tout, les longs métrages avec Cameron Diaz, Lucy Liu et Drew Barrymore n’avaient pas obtenu le succès escompté en raison, notamment, de faiblesses scénaristiques importantes.

Avec Elizabeth Banks aux commandes (elle cumule les emplois de productrice, coscénariste, réalisatrice et actrice), le concept devient non seulement pertinent, mais aussi - et surtout - intelligemment divertissant.

C’est Kristen Stewart qui, à n’en pas douter, se révèle être la grande surprise de ce sympathique et efficace film d’action humoristique au féminin. Tour à tour sexy, comique et redoutablement combative, l’actrice connue et appréciée surtout pour ses prestations dans des productions indépendantes s’avère parfaite quand vient le temps de faire le coup de poing.

En Sabina, elle ouvre ce «Charlie et ses drôles de dames» en mettant un certain Jonny (Chris Pang), criminel notoire, hors d’état de nuire avec séduction, grâce et entrain. Chez les Anges dont elle est une vétérante, John Bosley (Patrick Stewart), le premier du nom puisque Bosley est désormais un titre et nonplus une identité, s’apprête à prendre sa retraite sous les encouragements et le regard attendri de Bosley (Elizabeth Banks) qui doit lui succéder.

Elena (Naomi Scott), une scientifique ayant développé une source d’énergie verte pour son patron, Alexander Brok (San Claflin), fait alors appel aux Anges puisque son invention peut être utilisée à mauvais escient. Jane (Ella Balinska), ancienne du MI6 britannique, se joint à Sabina et Elena afin de mettre les méchants hors d’état de nuire.

Si ce «Charlie et ses drôles de dames» nouvelle mouture est résolument féministe, le propos demeure suffisamment léger et pince-sans-rire pour ne jamais donner l’impression d’être revanchard. Comme dans un film avec Dwayne Johnson, s’il faut établir une comparaison, personne ne se prend au sérieux, l’action est au rendez-vous, l’humour est là, et tout le monde s’amuse, spectateurs inclus.

Note: 3 sur 5