/news/politics

Le chef du NPD croit pouvoir tirer son épingle du jeu

Émilie Bergeron | Agence QMI

Agence France-Presse

 Le chef du Nouveau Parti démocratique Jagmeet Singh est ressorti de son tête-à-tête avec le premier ministre Justin Trudeau confiant que les néo-démocrates auront un réel poids au Parlement et que les libéraux voudront travailler avec eux. «Dans cette rencontre avec le premier ministre, j’ai vu une ouverture et ça me donne confiance qu’on peut travailler ensemble», a dit M. Singh en sortant  du bureau du premier ministre jeudi.

Bien que le NPD détienne moins de sièges que le Bloc québécois à la Chambre des communes, M. Singh a espoir que c’est avec son parti que les libéraux voudront collaborer pour faire cheminer des dossiers qui lui sont prioritaires tels que l’instauration d’une assurance-médicaments universelle.

«Si M. Trudeau veut faire quelque chose de national [...], il aura besoin de travailler avec un parti national, ce qui veut dire avec nous ou avec les conservateurs», a martelé le chef néo-démocrate. Il a du même souffle ajouté que seul le NPD peut s’avérer un réel allié pour faire avancer des initiatives progressistes.

M. Singh souhaite voir dans le discours du trône du gouvernement Trudeau une «ouverture» à donner suite à trois demandes clés du NPD. Celles-ci sont l’établissement rapide de l’assurance-médicaments universelle, la mise sur pied d’une assurance dentaire et l’abandon par Ottawa de son appel d’un jugement sur l’indemnisation d’enfants autochtones.

Sur l’assurance-médicaments, M. Singh souhaite qu’un plan de match clair soit établi. «Pour voir un engagement réel, il faut des dates. C’est exactement ce que j’ai exigé dans la rencontre », a-t-il ajouté.

Mercredi, le chef néo-démocrate avait dit qu’il pourrait voter contre le discours du trône qui sera présenté le 5 décembre s’il juge que ses demandes n’y sont pas reflétées.  Après avoir rencontré le premier ministre jeudi, M. Singh a indiqué que son opposition était toujours possible.

«Nous n’allons pas tout voir dans le discours du Trône. Ce n’est pas réaliste, a-t-il tout de même convenu. Ce que je veux voir est une ouverture et des engagements qui démontrent une volonté de travailler sur ces enjeux qui comptent pour les Canadiens.»

Quant au projet d’agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain, source de désaccord entre libéraux et néo-démocrates, M. Singh n’a pas voulu préciser si cela pourrait empêcher toute collaboration avec le gouvernement minoritaire.

Dans la même catégorie