/finance/homepage

Ralentissement de l’économie et déficits en hausse selon le directeur parlementaire du budget

Agence QMI

Adobe Stockphoto

L’économie ralentira plus que prévu et les déficits fédéraux seront plus lourds qu’anticipés, a prédit le directeur parlementaire du budget (DPB) pour les années 2020 et 2021, jeudi matin.

«Nous avons révisé à la baisse les perspectives de croissance de l’économie canadienne, et nous prévoyons maintenant des déficits budgétaires plus importants que prévu comparativement à notre référence de juin 2019», a affirmé le DPB, Yves Giroux, par communiqué.

Selon ses nouvelles perspectives, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel sera de 1,7 % en 2020 et de 1,6 % en 2021. Ces chiffres sont inférieurs de 0,3 et de 0,2 point de pourcentage, respectivement, par rapport aux projections présentées en juin dernier.

Ce ralentissement économique est attribué au «fléchissement des exportations» et au «recul des investissements dans les stocks».

Cette conjoncture affectera donc les recettes fiscales fédérales qui seront moindres pour les deux prochaines années. Ceci devrait nuire au déficit, même si le DPB croit que le ratio de la dette fédérale devrait diminuer par rapport au PIB à moyen terme.

L’organisme parlementaire indépendant note toutefois que les sommes liées au déficit seront clarifiées lorsque le nouveau gouvernement de Justin Trudeau présentera son prochain budget.

«Par le passé, le gouvernement se fixait des cibles d’équilibre budgétaire et de ratio de la dette fédérale par rapport au PIB, a mentionné M. Giroux. Nous prévoyons que le gouvernement s’engagera à établir des cibles financières et nous surveillerons les progrès relatifs à l’atteinte des nouveaux objectifs une fois que ceux-ci seront annoncés.»