/news/politics

Catherine Dorion rate le congrès de son parti

Marc-André Gagnon | Le Journal de Montréal

Simon Clark/Agence QMI

La députée solidaire Catherine Dorion, qui s’est récemment attiré beaucoup d’attention médiatique, fera campagne dans Jean-Talon, ce week-end, plutôt que de participer au congrès bisannuel de son parti, à Longueuil.

Les médias ont été avisés en fin d’après-midi, vendredi, qu’elle passerait « toute la fin de semaine » dans Jean-Talon. 

Il est prévu qu’elle accompagne le candidat Olivier Bolduc lors d’une opération de porte-à-porte, samedi, à compter de 15 h, et qu’elle participe à une journée de pointage à compter de 13 h, dimanche. 

L’élue de Taschereau est la seule de son caucus à ne pas s’être présentée au cégep Édouard-Montpetit, vendredi soir, où s’ouvrait le congrès de sa formation politique. 

Elle n’a donc pas assisté aux discours qu’ont prononcés Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois en vue de leur réélection à titre de co-porte-parole. 

Éviter une distraction ?

Lors d’une mêlée de presse, ces deux derniers ont nié que la présence de Mme Dorion au congrès aurait pu représenter une distraction. 

La députée de Taschereau a fait couler beaucoup d’encre, au cours des dernières semaines, avec la controverse de sa photo d’Halloween, suivie de celle de son coton ouaté. 

« Nous, on ne vous distrait pas », s’est amusé à répondre M. Nadeau-Dubois aux journalistes, avant d’expliquer que l’élection partielle du 2 décembre « a posé un défi » aux organisateurs du congrès. 

« C’est une décision qui a été prise quand on s’est rendu compte en fait qu’on avait un peu un problème, du fait que l’élection partielle était déclenchée et que notre congrès se trouvait à une semaine du vote par anticipation, à 300 km de la circonscription », a-t-il relaté. 

« C’est vraiment à contrecœur que je ne suis pas avec vous », s’est excusée Mme Dorion, dans une vidéo qui a été présentée en soirée aux membres. Elle en a profité pour les remercier de l’appui reçu au cours des « deux semaines un peu intenses » qui viennent de passer. 

Ce qui s’est produit dernièrement chez QS dans Jean-Talon rebondira tout de même à Longueuil, samedi. Une proposition d’urgence a été déposée afin de se pencher sur la démocratie participative, à savoir si un député ou un porte-parole peut favoriser un candidat à l’investiture. 

« Nous sommes la réelle opposition », a martelé Gabriel Nadeau-Dubois en s’adressant aux militants. Il a qualifié le gouvernement de « climatopassif » et a observé que, contrairement aux libéraux et aux péquistes, les solidaires ne sont pas « en reconstruction ».