/regional/montreal/montreal

Le bureau de Sue Montgomery sous enquête

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Le contrôleur général de la Ville de Montréal, Me Alain Bond, a ouvert une enquête sur le climat «malsain» qui règnerait, selon de nombreuses sources, au sein de l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

Selon les informations obtenues par TVA Nouvelles, Me Bond tente de comprendre ce qui est à l’origine de la dégradation depuis plusieurs semaines du climat de travail dans l’arrondissement dirigé par la mairesse Sue Montgomery, qui est membre de Projet Montréal, le parti de Valérie Plante.

Le cabinet de la mairesse de Montréal confirme que des vérifications sur le climat de travail dans l’arrondissement sont en cours, mais précise que Mme Montgomery n’est pas directement visée par l’enquête du contrôleur général. De nombreuses sources se sont confiées à TVA Nouvelles et selon elles, la dégradation du climat de travail serait attribuable au comportement «autoritaire» et «contrôlant» de la directrice de cabinet, Annalisa Harris, qui aurait «instauré un régime de terreur» auprès du personnel administratif et politique. On lui reprocherait notamment de canaliser toutes les informations vers le bureau de Mme Montgomery.

Fait plutôt embarrassant pour l’administration de Valérie Plante, il s’agit de la deuxième enquête cette année menée par le contrôleur de la Ville dans un arrondissement dirigé par une élue de Projet Montréal.

Plus tôt cette année, on apprenait des allégations troublantes concernant la mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Giuliana Fumagalli. Insultes, crises de colère, propos racistes, exigences de faire le ménage sont quelques exemples de comportements déplacés qu’aurait eus la mairesse Fumagalli, visée par des allégations de harcèlement. Valérie Plante l’a d’ailleurs exclue du caucus de son parti.

Quant à Sue Montgomery, elle était une candidate vedette lors de la dernière élection municipale de 2017. Ex-journaliste au quotidien «The Gazette», elle avait raconté publiquement en 2014 avoir été agressée sexuellement notamment par son grand-père. Elle est à l’origine du mot-clic #BeenRapedNeverReported.

L'opposition s'insurge

«Ça affecte le moral, la motivation et l’efficience du personnel. Personnellement, je suis très préoccupé: on m’enlève le droit de parler au nom des citoyens. C’est du jamais-vu», s’inquiète Lionel Perez, conseiller municipal de l'arrondissement et chef de l'opposition à l'hôtel de ville.

Dans une récente sortie sur les médias sociaux, il s’insurgeait déjà de ne plus pouvoir poser de questions directement au directeur de l'arrondissement.

Le cabinet de Valérie Plante a indiqué à TVA Nouvelles qu'il n'y aura pas de réactions de Mme Montgomery et Mme Harris.