/news/society

Les Québécois seraient les plus optimistes en matière d’économie

TVA Nouvelles

Selon un tout nouveau sondage de la firme Angus Reid, les Québécois seraient les plus optimistes envers l’économie canadienne, soit 30% des répondants.

Seuls 24% d'entre eux appréhendent un ralentissement économique.

La confiance, un pilier de l’économie

«Si la confiance n'est pas bonne, effectivement, on peut penser que les dépenses de consommation seront moins importantes» explique Benoit Durocher, économiste principale au Mouvement Desjardins.

La plupart des passants interviewés par TVA Nouvelles ne se sont pas montrés inquiets envers l’économie canadienne, bien au contraire.

«Les Québécois ont raison d'avoir confiance parce qu'on voit que ça va bien. Au niveau du gouvernement aussi, il y a de bonnes recettes. Il y a de l'emploi.» mentionne Norma Kozhaya, économiste en chef du Conseil du patronat du Québec.

En Alberta, l’extrême opposé

Dans la province canadienne de l’ouest cependant, le portrait est radicalement différent.

Aussi peu que 8% des répondants auraient confiance en l’économie canadienne, contre 79% qui croient qu’elle va plutôt se dégrader.

La corrélation entre l’industrie du pétrole qui bat de l’aile et ce bas niveau de confiance des albertains serait évidente, selon des experts.

«On sait que le secteur de l'énergie, en fait, le secteur du pétrole connaît quand même des difficultés, depuis un certain temps, en Alberta» ajoute Benoit Durocher du Mouvement Desjardins.

Les revers de l’excès d’optimisme

Puisque l’avenir semble prometteur, cet élan d’optimisme peut pousser plusieurs personnes à faire des dépenses exagérées, surtout à l’aube du temps des fêtes.

«Parfois, il peut y avoir un risque. Lorsque les gens travaillent et voient quand même que leur revenu augmente, ils peuvent autant dépenser et épargner aussi une partie de leur revenu» ajoute Norma Kozhaya.

Cette confiance des Québécois en l’économie se transportera, au cours des prochaines semaines, en magasin, puisque ils dépenseront en moyenne 10% de plus pour les cadeaux par rapport à l'an dernier.

-Avec les informations de Pierre-Olivier Zappa