/regional/quebec/quebec

Nouvel appel à l’aide pour la maman d’une fillette handicapée

Dominique Lelièvre | Agence QMI

Photo d’archives | Dominique Lelièvre

Ayant été entendue par la Commission scolaire des Découvreurs, la mère d’une fillette lourdement handicapée lance un nouvel appel à l’aide pour permettre la construction d’une rampe d’accès dont elle a désespérément besoin.

Cynthia Audet Grondin réclamait que l’autobus scolaire qui vient chercher sa fille s’approche le plus possible de son logement en se rendant dans le stationnement de son immeuble, ce qui lui avait d’abord été refusé.

Depuis la rentrée scolaire, un changement d’autobus faisait en sorte que le véhicule s’arrêtait dans la rue, ce qui lui demandait de pousser le fauteuil roulant de sa fille Alycia, sept ans, atteinte d’une maladie extrêmement rare, sur plus de soixante mètres au lieu d’une trentaine.

En entrevue avec Le Journal, à la fin octobre, la résidente de Sainte-Foy avait lancé un véritable cri du cœur, disant craindre de tomber et de se blesser cet hiver.

Accommodement

La Commission scolaire des Découvreurs a, depuis, accepté ses doléances. «La Commission scolaire va accommoder la mère pour l’année scolaire 2019-2020. Dès lundi, il y a un petit autobus qui va venir chercher l’enfant comme c’était le cas avant, soit derrière l’immeuble», a confirmé la porte-parole de la Commission scolaire des Découvreurs, Marie-Eve Malouin.

Malgré cette victoire, la maman monoparentale n’est pas au bout de ses peines puisqu’elle se bat depuis plus d’un an pour doter l’immeuble où elle réside d’une rampe d’accès.

En effet, le programme d’adaptation de domicile ne permet pas de couvrir entièrement la construction de cette rampe. Elle estime qu’il lui faudrait amasser au minimum 1500 $ de plus pour permettre la réalisation de ce projet. Elle a lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe, laquelle avait permis d’amasser 1060 $ en date de vendredi.

«Pour moi, c’est une question, oui, de sécurité, mais aussi d’autonomie. Ça veut dire aussi que s’il y a un feu, ou n’importe quoi, tout est plus facile pour moi, pour ma famille. Ça m’allégerait beaucoup», indique la femme de 31 ans.