/news/politics

Québec solidaire tourné vers l’indépendance

TVA Nouvelles

Plus de 600 délégués de Québec solidaire sont attendus à Longueuil vendredi soir dans le cadre du 14e congrès de la formation politique. Rassemblés pour compléter la fusion avec Option nationale, les militants discuteront surtout de leur programme résolument tourné vers l’indépendance du Québec.

«Ce qu’on vient faire aujourd’hui, c’est préciser, étoffer vraiment la mécanique de transition vers un "Québec-pays"», précise le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

Beaucoup d’échanges entourant l’indépendance du Québec sont promis aux membres durant les trois jours du congrès. Ils devront notamment se prononcer sur la création d’une force militaire, la mise en place d’une unité de contre-espionnage et sur l’écofiscalité.

Une absence remarquée

La députée de Taschereau, Catherine Dorion, ne participera pas au rassemblement, mais passera plutôt le week-end à faire campagne dans Jean-Talon dans le cadre de l’élection partielle.

Même si cette dernière a occupé beaucoup l’espace médiatique à cause de ses tenues vestimentaires, la formation politique assure qu’elle n’a pas été mise de côté afin d’éviter les distractions. Son absence était prévue depuis longtemps.

«En fin de semaine, oui, les membres sont ici à Longueuil, mais on a un enjeu super important et il est dans Jean-Talon. Catherine est là pour nous aider à gagner avec Olivier Bolduc cette circonscription-là», assure la co-porte-parole Manon Massé.

Le poste de Gabriel Nadeau-Dubois disputé

Le rassemblement obligera également Gabriel Nadeau-Dubois à faire campagne auprès des militants. Contre toute attente, un adversaire s’est présenté contre lui pour obtenir le poste de co-porte-parole masculin de la formation.

Un défi de taille pour un jeune étudiant en génie électrique de 21 ans, Étienne Gélinas, qui tentera de ravir le titre à l’une des têtes d’affiche du parti.

Québec solidaire discutera d’ailleurs d’un changement de statut afin que les co-porte-parole soient élus pour quatre ans plutôt que deux ans comme c’est le cas présentement.