/sports/homepage

Thierry Henry : la nouvelle qui a fait le tour du monde

Agence QMI | TVA Sports

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Les partisans de l’Impact de Montréal ont eu droit à toute une surprise, jeudi matin, lorsque le Français Thierry Henry a été nommé en tant qu’entraîneur-chef du Bleu-Blanc-Noir. Mais l’annonce ne s'est pas arrêtée à Montréal, elle a eu une résonance planétaire.

Les États-Unis, la France, l’Angleterre, évidemment, mais c’est toute la planète foot qui s’est emballée devant le nouveau projet de «Titi».

Henry est arrivé, jeudi soir, à Montréal et a été accueilli par plusieurs partisans à l’aéroport Pierre Elliott Trudeau. Le Français de 42 ans ne s’est pas adressé aux médias, mais le fera lundi. Et c’est lundi que le public montréalais pourra commencer à apprendre qui est vraiment Thierry Henry.

«C’est un personnage un peu controversé, parfois particulier, parfois contradictoire, pas toujours facile à aimer, mais qui est capable de faire des choses absolument exceptionnelles, a résumé le journaliste français et auteur de la biographie de Henry, Philippe Auclair, vendredi, lors d’un passage sur les ondes de TVA Sports. L’homme que vous accueillez est une légende du football français, mais aussi du football anglais et du football mondial.»

Selon les dires d’Auclair, Henry n’est pas un homme très public.

«Un homme secret qui est très pudique, qui n’aime pas beaucoup se livrer, qui est un hyper-sensible aussi, a confié Auclair. Il est d’une intelligence prodigieuse en ce qui concerne le foot et d’une intelligence au-dessus de la moyenne en ce qui ne concerne pas le football également.»

«Il est habité par une vraie passion de son sport et la passion de gagner. Il est parfois un peu soupe au lait. Et il le reconnaîtra lui-même. Et il peut être charmant et très généreux. [...] C’est une super-super-star et comme toutes les super-super-stars, il se protège.»

Pour Henry, l’occasion est belle de relancer sa carrière d’entraîneur après la catastrophe qu’il a vécue lors des trois mois et demi qu’il a passés derrière le banc de l’AS Monaco.

«Quand il était à Monaco, il était parfois cassant, mais c’était en raison des résultats catastrophiques de son équipe, a continué Auclair. Il était accusé et il ne le prenait pas bien, car c’est quelqu’un qui est très susceptible. Si on lui parle franchement, les yeux dans les yeux, il y a des choses qu’il peut prendre. Je crois que ça va lui faire beaucoup de bien cette expérience. Il a besoin de respirer à nouveau après ce qu’il a vécu lors de l’année précédente.»