/news/currentevents

Un chauffard multirécidiviste encore arrêté... au volant

Antoine Lacroix - Le Journal de Montréal

Un incorrigible chauffard a de nouveau été accusé d’avoir enfreint une interdiction de conduire après avoir dupé les policiers, lui qui a tué deux personnes en 1999, en roulant en sens inverse sur une autoroute au volant d’une autopatrouille volée.

« Vous pouvez m’enlever mon permis pour 50 ans, je m’en fous, c’est certain que je ne toucherai plus à un volant de ma vie, même si quelqu’un est mal pris », avait pourtant promis Sylvain Boies à un juge en 2013, après s’être fait arrêter pour une énième fois.

L’homme de 48 ans a accumulé les écarts de conduite toute sa vie, lui qui possède une feuille de route criminelle bien étoffée.

Il a notamment écopé de 12 ans d’emprisonnement et d’une interdiction de conduire de 10 ans après sa virée mortelle sur l’autoroute 40 à la hauteur de Trois-Rivières, en 1999, où il avait tué Joël Mussgnug et Vincent Lopez.

Menotté après s’être fait arrêter pour conduite avec les facultés affaiblies, Boies s’était emparé de la voiture des policiers, pour s’enfuir en sens inverse sur la voie rapide. Il a frappé de plein fouet le véhicule des victimes.

Boies n’avait probablement plus en tête la promesse qu’il avait faite en 2013 lorsqu’il a été intercepté par la police à Sainte-Sophie, dans les Laurentides, au volant de la Honda Civic de sa conjointe, le 10 février dernier.

Un faux nom

Or, au lieu de décliner sa véritable identité au policier de la Sûreté du Québec (SQ) qui l’a arrêté, il lui aurait donné un faux nom, soit Sylvain Turgeon.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il utilise ce stratagème.

En 2007, alors en libération conditionnelle, il avait tenté le même coup après s’être fait appréhender en dehors de sa maison de transition.

L’agent de la SQ a tout de même remis un constat d’infraction au présumé Sylvain Turgeon, parce que celui-ci conduisait sans son permis de conduire sur lui.

Les autorités ont toutefois commencé à avoir des doutes, selon ce qui a été relaté au tribunal jeudi.

Un mandat d’arrestation a finalement été lancé contre Sylvain Boies, en mars 2019.

Il est accusé de s’être fait frauduleusement passer pour un autre, d’entrave et de conduite d’un véhicule malgré une interdiction.

Le résident de Saint-Félix-de-Valois, dans Lanaudière, s’est présenté seulement jeudi au palais de justice de Saint-Jérôme, pour son enquête sur remise en liberté.

Devant son habitude de ne pas respecter ses conditions et le peu de garanties qu’il offrait, la juge Sophie Lavergne a ordonné que Boies demeure détenu.

-Avec Christian Plouffe