/regional/montreal/laval

La petite histoire d’«Illumi-Féérie de lumières»

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

Il n’a fallu que deux ans à Normand Latourelle et Alain Gauthier, codirecteurs artistiques d’«Illumi-Féérie de lumières», pour développer et implanter leur parcours multimédia qui brille d’une infinité de couleurs depuis déjà quelques jours à Laval, et qui divertira petits et grands dans le temps des Fêtes. Et déjà, on songe à faire voyager la féérie hors des frontières du Québec...

Tout est parti d’une ambition de Normand Latourelle, qui rêve toujours ses projets à une envergure internationale, raconte Alain Gauthier en entrevue. Ce dernier travaille et crée avec le fondateur de Cavalia depuis 1986.

«En se promenant à travers le monde dans la période de Noël, on a réalisé qu’il y avait beaucoup de parcs lumineux. C’est là que Normand, qui en a vu en Amérique, et même au Japon, m’a dit qu’il avait une vision. Il savait qu’on pouvait arriver à faire quelque chose pour la famille, pour les enfants, avec une série de thèmes, en lumière, pour aller chercher le grand public et l’émerveiller», détaille Alain Gauthier.

10 millions d’ampoules

Rapidement, les deux hommes se sont installés à leur table à dessin. Avec des illustrateurs, ils ont minutieusement esquissé les bâtiments, personnages, animaux et autres décorations qu’ils espéraient voir meubler l’immense site de Cavalia de 50 600 mètres carrés, en bordure de l’autoroute 15.

Ils ont construit une maquette, élaboré une ébauche du site à échelle miniature, puis ont commandé, en Chine, les 10 millions d’ampoules LED économes d’électricité qui allaient faire scintiller leurs futurs gros joujoux.

L’installation des immenses structures à Laval a débuté en août dernier. Aujourd’hui, décrit par ses concepteurs comme un «voyage merveilleux» et un «bain de couleur», «Illumi-Féérie de lumières» prend vie, et réunit près de 200 employés.

Noël, et le monde

Officiellement ouvert depuis le 8 novembre, le parc se divise en huit mondes fantastiques portant chacun son nom, évoquant plusieurs éléments: un tour du globe (avec zèbres et éléphants dans la savane africaine, un déploiement de lanternes japonaises et des igloos du pôle Nord), les traditions de Noël (le grand sapin, les rennes, les cannes de bonbons, le bonhomme de neige), l’effervescence hollywoodienne (représentations de vedettes, bungalows, voitures antiques)...

Un film d’animation, des boutiques - dont un magasin de jouets à faire saliver les bouts de choux! -, une section gourmande avec cabanes et «foodtrucks» alimentaires, un carrousel et autres surprises agrémentent le trajet.

Si le rendez-vous se tient en hiver, malgré le froid, c’est parce que Noël et ses mille plaisirs occupent une place centrale sur le chemin d’«Illumi».

«On voulait imaginer le plus grand marché de Noël du monde, créer une aventure pour les gens, qui vont passer d’un monde à l’autre. On a fait des choix très intuitifs», précise Alain Gauthier, mentionnant au passage que Raoul Duguay a contribué à l’écriture du texte du conte «Rêver l’étoile», l’une des pièces-maîtresses d’«Illumi».

Exporter le concept

Et l’équipe de Cavalia ne compte pas s’arrêter là. Assuré d’égayer les Noëls de Laval au moins jusqu’en 2023 («et on se promet de le modifier d’une année à l’autre», souligne Alain Gauthier), «Illumi» aura probablement des répliques ailleurs sur la planète dans les prochaines années, puisqu’on souhaite exporter ce concept de «mini-Walt Disney».

D’ailleurs, la première édition d’«Illumi» aurait pu naître en Californie, mais Normand Latourelle et ses troupes préféraient la proposer aux Québécois d’abord.

«Il y a de l’intérêt en Europe, au Mexique, aux États-Unis et en Californie», dévoile Alain Gauthier.

Ce qu’il faut savoir avant de s’y rendre

- Il faut environ de 45 à 60 minutes pour traverser tous les univers d’«Illumi». «Mais si les gens font un tour de manège, qu’ils mangent et magasinent, ils peuvent être là trois heures», note Alain Gauthier.

- Habillez-vous très chaudement. L’attraction est un régal pour l’œil, mais on en profitera davantage si on est protégé du froid. Parlez-en aux journalistes qui ont arpenté le site au pas de course dans une température ressentie de -20 degrés, la semaine dernière!

- Il en coûte une vingtaine de dollars par personne pour profiter de l’activité et une quinzaine de dollars pour les familles. Des forfaits VIP sont disponibles.

- Un stationnement est accessible, au coût de 10 $ par véhicule. Un service de navette gratuit est offert à partir de la station de métro Montmorency.

- «Illumi» s’active à la tombée de la nuit est en place jusqu’au 5 janvier 2020.