/news/law

Une technicienne spécialisée accusée d’agression sur un ado libérée

Claudia Berthiaume | Le Journal de Montréal

Une magistrate a accepté vendredi de remettre en liberté sous conditions une éducatrice spécialisée qui aurait eu des relations sexuelles avec un adolescent de 16 ans dont elle devait s’occuper, non pas sans l’avoir sermonnée.

Après deux jours de réflexion, la juge Dominique Larochelle a décidé de donner une deuxième chance à Geneviève Rioux.

« Le Tribunal considère que la confiance du public en l’administration de la justice ne serait pas minée, considérant le sérieux des conditions », a conclu la magistrate au palais de justice de Saint-Jérôme.

Lors de l’enquête sur remise en liberté, mercredi, la juge n’avait pourtant pas été tendre envers l’accusée de 41 ans.

« Madame a défié toutes les règles, tous les outils de protection mis en place autour de ce jeune-là par l’équipe-école. Ça m’amène à dire que Madame est quelqu’un qui a des distorsions cognitives et qu’elle a fait de graves erreurs de jugement », a-t-elle dit.

Rioux est accusée d’agression sexuelle, d’incitation et de contacts sexuels à l’endroit d’un mineur envers qui elle était en position d’autorité.

Celle qui était technicienne en éducation spécialisée dans une école secondaire des Basses-Laurentides aurait eu des contacts extrascolaires avec un ado de 16 ans aux multiples problèmes de comportement.

En décembre 2018, le jeune et l’accusée auraient eu des relations sexuelles complètes à deux reprises dans la voiture de cette dernière, à Saint-Eustache et à Saint-Joseph-du-Lac.

Rioux a été arrêtée en janvier dernier, et s’est vu interdire tout contact avec l’ado.

Elle l’aurait néanmoins revu deux fois pour avoir d’autres relations sexuelles. Elle en aurait aussi profité pour tenter de le convaincre de ne pas témoigner au procès.

D’autres accusations, dont non-respect des conditions et entrave à la justice, ont été déposées, et Rioux s’est retrouvée en prison. 

«Niaiseuse, imbécile»

« Je n’étais comme pas consciente de la gravité. J’ai été niaiseuse, imbécile. J’ai été très naïve et je n’ai pas fait appel à mon cerveau », a expliqué Rioux à la juge.

La magistrate a finalement accepté de la laisser quitter la prison, dans le cadre d’une « détention à domicile très serrée ».

Rioux devra demeurer chez ses parents, à Saint-Jérôme, et ce, 24 heures sur 24.

Elle ne pourra sortir que pour aller consulter son médecin ou sa psychologue, en étant toujours accompagnée. 

Il lui sera interdit de contacter la victime, d’utiliser les réseaux sociaux et d’occuper un emploi la plaçant en position d’autorité vis-à-vis de mineurs.

Les policiers pourront se présenter chez l’accusée à tout moment pour s’assurer du respect des conditions, a stipulé la juge.