/sports/homepage

«C’est inacceptable» - Claude Julien

Jean-François Chaumont | Le Journal de Montréal

 - Agence QMI

Ben Pelosse / JdeM

Claude Julien a pris son temps avant de se présenter pour sa conférence de presse. Il avait probablement besoin de quelques minutes de plus pour sortir sa rage intérieure. À sa sortie du banc après le but de Kyle Palmieri en prolongation, Julien bouillonnait.

À LIRE AUSSI

Défaite crêve-cœur du Canadien

Devant les journalistes, l’entraîneur en chef avait relativement retrouvé son calme même s’il a donné quelques réponses très courtes.

Si Phillip Danault en avait gros sur le cœur pour son but refusé en fin de troisième période, Julien a refusé d’ajouter de l’huile sur le feu.

«Le règlement est clair. Si on pousse la rondelle avec notre corps dans le filet, il n’y a pas de but, a-t-il répondu. Il faut respecter ça.»

Julien n’a pas trop pesté contre le travail des arbitres et contre l’indiscipline de Max Domi. Mais il n’était pas heureux de la gestion du cadran de son équipe. Le CH a donné deux fois des buts dans la dernière minute d’une période. Nikita Gusev a marqué alors qu’il restait 29 secondes en première période et Nico Hishier a fait de même avec seulement 1,1 seconde à jouer en deuxième période.

Le CH domine la LNH avec 11 buts accordés dans la dernière minute d’une période.

«C’est inacceptable, a répondu Julien. Si tu veux gagner des matchs de hockey, tu dois éviter ça. Quand tu donnes une échappée et un deux contre un en 30 secondes quand tu es en supériorité numérique, ça ne peut pas arriver. Il s’agit d’actions qui nous appartiennent.»

«Quand tu joues deux matchs en deux soirs, une chose qui peut te sauver ou te donner des chances de gagner, c’est que tu dois être mentalement alerte. Ce soir, c’est ce qui nous a tués, c’est qu’on n’a pas pris de bonnes décisions et ça nous a coûté des buts.»

Drouin blessé

À quelques heures du match contre les Devils, Julien a insisté pour dire que la blessure à Jonathan Drouin n’avait aucun lien avec la percutante mise en échec d’Alexander Ovechkin.

«Ça n’a aucun rapport avec ça, même si vous pouvez en faire ce que vous voulez, a dit Julien. Jonathan s’est blessé en troisième période. Vers la fin de la troisième, il s’est retourné vers moi et il m’a dit qu’il ne pouvait pas terminer la rencontre. Nous l’avons gardé au banc pour les dernières minutes. Ça n’a pas de lien avec la mise en échec. On ne parle pas d’une commotion.»