/news/tele

«Révolution»: habile fusion de styles

Samuel Pradier | Agence QMI

Partant du principe que l’union fait la force, les maîtres de «Révolution» ont constitué, dimanche soir, sept duos improbables auxquels ils ont imposé une chanson et un concept, n’hésitant pas à jumeler des candidats aux styles parfois très éloignés.

Unir le duo contemporain Kyô au couple de ballroom Misha et Yulia était osé, mais le pari a été réussi par les quatre danseurs qui ont su faire preuve d’une ouverture d’esprit totale. «Quand on s’est retrouvé au studio, c’était un moment très excitant, a raconté Misha. Kyô sont des gens super créatifs, ce sont de vrais artistes. On a rapidement su qu’on allait pouvoir créer quelque chose de spécial.»

Même si leurs manières de travailler sont aussi très différentes, les deux duos ont pu trouver un terrain de compromis. «En ballroom, on a des chorégraphies et des danses préétablies, alors qu’eux peuvent créer sans limites, a précisé Yulia. En répétition, ils créaient quelque chose et on adaptait notre style, ou réciproquement. C’était un processus très harmonieux. Ce sont deux personnes créatives et ouvertes. On a d’ailleurs mis au point la chorégraphie assez rapidement.»

Même le moment «Révolution», qui comptait pour 50 % de la note finale à cette étape, a été relativement facile à trouver pour les quatre danseurs. «On était excité de faire un moment ¨Révolution¨ à quatre, a indiqué Yulia. Habituellement, on est juste deux, mais là, ça ouvrait les possibilités. Notre moment ¨Révolution¨ représente exactement ce qu’on a voulu montrer: le paraître au milieu avec l’être qui ressort toujours à un moment donné dans la vie.»

Jean-Marc Généreux s’est félicité de ce partage entre les deux duos. «J’attendais tellement de vous. Il y a de l’action, de l’émotion et de la passion dans cette ¨Révolution¨.»

Plus grande ouverture

Misha et Yulia reconnaissent que cette expérience les a obligés à trouver de nouvelles façons de voir la danse, d’innover dans leur style pourtant assez formaté. «Je pense même que ça nous a permis d’être de meilleurs danseurs aujourd’hui. Arriver en seconde position nous a aussi donné une dose de confiance énorme», a poursuivi Misha.

«C’était intéressant d’être jumelé avec des gens qui ne font jamais de compétition, et qui ne sont pas habitués à ce stress, a renchéri sa partenaire. Kyô est un duo très travaillant. On a passé beaucoup d’heures de répétition en studio. On a pu partager nos forces avec eux, et pareil de leur côté. On a fait une très belle équipe.»

Samuel Cyr avec Janie et Marcio

Le style contemporain était dans sa ligne de mire, mais Samuel Cyr n’avait jamais eu l’occasion de s’y frotter. Son jumelage avec le duo Janie et Marcio s’est révélé très enrichissant pour le B-Boy. «J’étais donc très content de pouvoir expérimenter ça. Je n’ai pas les bases et la formation du contemporain, mais je me suis adapté et j’ai aimé essayer de nouvelles choses. Le fait d’avoir aimé l’expérience a rendu la chose facile.»

La complémentarité du trio était exceptionnelle, et Samuel en a même éprouvé un certain détachement. «Juste le fait d’être sur scène avec des gens que je connais et en qui j’ai confiance, c’était moins lourd que d’être tout seul. J’avais plus l’impression d’être dans mon intimité avec des amis. J’étais beaucoup moins stressé.»

Au cours des répétitions, le trio a changé au moins cinq fois de moment ¨Révolution¨, un travail qui a nécessité de longues heures d’essais-erreurs. «À la fin, j’étais blessé partout à force de plonger. On a beaucoup réfléchi à ce qui serait le meilleur. On a vraiment pris ça au sérieux et je pense qu’on est arrivé à un beau résultat. On voulait vraiment monter la barre le plus haut possible, je pense que notre pari a été réussi.»

Samantha et Adriano avec Alex et Alex

En mariant le contemporain à la salsa, les maîtres ne s’attendaient certainement pas à un numéro aussi abouti de la part d’Adriano et Samantha avec Alex et Alex. «Les premières répétitions, on a passé beaucoup de temps à apprivoiser le style de chacun, à apprendre à se connaître, et à voir ce que chacun pourrait apporter de plus fort, a dévoilé Alex Francoeur. C’était une belle rencontre de nouveauté.»

Si la mission était de pousser le partenariat le plus loin possible, ils en ont fait un quatuor soudé et solide. «On s’est donné comme missions de se rencontrer en tant qu’humains avant tout, et que les artistes deviennent un tout. On a aussi passé beaucoup de temps à discuter de tout et de rien afin que cette intimité se retrouve sur scène durant notre prestation.» Leur moment «Révolution» s’est bâti à coups d’essai et d’erreurs, mais au final, le travail s’est révélé payant. «On vient de voir un miracle!», s’est exclamé Larry des Twins à la fin de leur prestation.

5 Alive avec Ophélie Bégin

Alors qu’ils pensaient davantage être jumelés avec des candidats du même style, les membres de 5 Alive ont été agréablement surpris de pouvoir travailler avec Ophélie. «Notre coach et les professeurs d’Ophélie ont pris une bonne semaine ensemble pour trouver la direction à prendre, a raconté Mikaël, seul gars du groupe. Pendant ce temps, on a essayé de se rapprocher d’Ophélie. On a beaucoup discuté et on a appris à se connaître.»

Leur numéro a finalement été à leur image. «C’est un peu notre histoire, notre désir de nous battre pour arriver jusqu’à la finale. 5 Alive sont les guerriers et Ophélie représente l’espoir. Durant le numéro, les guerriers tombent au combat, mais elle est là pour nous aider à nous remettre debout et aller de l’avant.»

Malgré une petite erreur de synchronisation durant le moment «Révolution», ils ont réussi à passer à la prochaine étape.

Le classement final de cette étape:

Samuel Cyr avec Janie et Marcio: 96 points

Kyô avec Misha et Yulia: 90 points

Samantha et Adriano avec Alex et Alex: 87 points

5 Alive avec Ophélie Bégin: 85 points

Krankyd avec Kyra: 84 points