/news/politics

Catherine Fournier lance un OBNL prosouveraineté

Vincent Larin | Agence QMI

Simon Clark/Agence QMI

Le mouvement lancé par la députée indépendante Catherine Fournier prendra la forme d’un OBNL nommé Ambition Québec dont le but sera rallier les souverainistes de tous les horizons.

L’ancienne députée péquiste a lancé, lundi, à la Maison du développement durable, à Montréal, un livre issu de la réflexion qu’elle a entamé après son départ du Parti québécois (PQ) intitulé «S’organiser pour l’indépendance: Le projet Ambition Québec».

Celle qui a claqué la porte du PQ il y a huit mois dit toutefois viser le début de l’an prochain pour lancer officiellement les activités de sa nouvelle organisation. Son but: «élargir la coalition» et «rallier les générations qui n’ont jamais pu se prononcer sur l’avenir du Québec».

Plus de deux ans après la fusion ratée entre le PQ et Québec solidaire, Catherine Fournier considère que les partis traditionnels souverainistes «sont trop concentrés sur leurs intérêts corporatifs».

«Je ne pense pas qu’on peut compter sur l’"establishment" des partis politiques pour orchestrer un rassemblement des forces souverainistes, donc je pense qu’on a besoin de retourner à la base, à des mouvements citoyens», a affirmé la députée indépendante âgée de 27 ans.

Ce sera notamment l’objectif d’Ambition Québec où «tout le monde est bienvenu», mais surtout les «gens qui, en ce moment, ne sont dans aucun parti politique», a expliqué Catherine Fournier.

Lors d’un éventuel référendum sur la souveraineté du Québec, l’option du «oui» devrait récolter pas moins de 3 millions de voix si ses partisans espèrent l’emporter, a rappelé l'ancienne députée péquiste, d’où l’importance d’aller chercher des appuis en dehors des formations politiques.

Ambition Québec aura, entre autres, pour but de «mettre à jour» le contenu informationnel déjà existant à propos de l’indépendance du Québec. Par exemple: le «budget de l’an 1» présenté en 2005 par le député péquiste et actuel premier ministre, François Legault.

Mais surtout, l’organisme tentera de développer un réseau d’organisateurs politiques. «Le mouvement souverainiste manque actuellement d’organisation, donc on veut former de la relève pour avoir des gens actifs sur le terrain, on vise une approche proche des citoyens», a expliqué Catherine Fournier.

Même s’il existe déjà plusieurs groupes non partisans dont l’objectif est de promouvoir la souveraineté, Ambition Québec se concentrera à rallier «des segments de la population» oubliés par ces organisations, a souligné la députée.

«On a des façons différentes d’approcher certaines parties de la population et, le but, c’est de multiplier les actions», a-t-elle précisé.