/regional/montreal/montreal

Deux ans seraient suffisants pour sécuriser les intersections

Guillaume Pelletier | 24 Heures

GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville de Montréal, Lionel Perez, croit que les mesures annoncées par l'administration Plante pour renforcer la sécurité des piétons peuvent être mises en place beaucoup plus rapidement que ce qui est prévu.

La Ville de Montréal a annoncé lundi matin qu'elle ajouterait à ses intersections quelque 1300 feux avec décompte pour piétons et que ceux-ci disposeront de 4 à 6 secondes de plus pour traverser la rue. Il faudra entre cinq et huit ans pour revoir 1985 intersections, a soutenu la mairesse Valérie Plante.

M. Perez croit pour sa part que les mesures annoncées par la ville pourraient être mises en place en deux ans seulement, et déplore le rythme auquel le parti agit. «[Projet Montréal] avait promis dans sa première année au pouvoir de sécuriser les 20 intersections les plus dangereuses. Ça n'a pas été fait», a mentionné M. Perez, soulignant que Projet Montréal a préféré attendre l'élaboration du plan Vision Zéro au printemps avant de présenter des mesures concrètes pour sécuriser les intersections.

Cette annonce survient alors que 19 piétons ont perdu la vie dans un accident à Montréal depuis le début de l'année. C'est déjà plus qu'en 2018, année où 18 piétons étaient décédés sur les routes. En 2016 et 2017, le nombre de décès s'élevait à 15.